Ireps

bandeau



Veille Thème de la Journée internationale de la femme 2016


onu_2016 Thème 2016: Franchissons le pas pour l'égalité des sexes ! 

La journée de la femme est célébrée chaque année le 8 mars, dans de nombreux pays. Cette journée est l'occasion de faire le point sur la condition des femmes, l'égalité des sexes, mais aussi de regarder au-delà de nos frontières et d'appronfondir notre réflexion concernant les avancées futures

Le thème officiel de la Journée internationale de la femme 2016 est: 
«Franchissons le pas pour l'égalité des sexes », vise à mettre l'accent sur les moyens d'accélérer l'agenda 2030 sur la création d'un élan pour la mise en oeuvre effective des nouveaux objectifs de développement durable dans le cadre de cette initiative et d'autres engagements existants sur l'égalité des sexes, l'autonomisationdes femmes et les droits des faemmes. Actualité Site des nations Unies (mars2016)

Consulter le site des Nations Unies


60ème session onu femme La 60ème session de 41 mars 2014 au siège des Nations Unies à New York, aura pour thème prioritaire « Les défis et les réalisations dans la mise en œuvre des Objectifs du millénaire pour le développement pour les femmes et les filles ». Elle se concentrera sur l’accès et la participation des femmes et des filles à l’éducation, aux formations, à la science et la technologie y compris la promotion de l’égal accès des femmes au plein emploi et à un travail décent.


cnidff8 mars 2015, Journée internationale des femmes, les CIDFF mobilisés. Communiqué de presse. Centre national d'information sur les droits des femmes (07/03/2015)


Actualité  


60 ans planningLes 60 ans du Planning familial. En ligne sur le site du ministère des affaires sociales et de la santé (07/03/2016)

Actualité en ligne sur le site du Mouvement français pour le planning familial (mars 2016)
Cette année, le Planning familial fête ses 60 ans : 60 ans de lutte pour le droit à la contraception, à l’avortement et à l’éducation à la sexualité. Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales et de la Santé, se rendra ce soir à La Cigale (Paris 18ème) pour la soirée « Simone for ever ! », spectacle d’anniversaire du Planning familial.
chiffres clé 2016Ministère de la Famille, de l'Enfance et des Droits des femmes: Direction générale de la cohésion sociale - Service des droits des femmes et de  l’égalité entre les femmes et les hommes (SDFE). Les Chiffres-clés  2016: Vers l'’égalité réelle entre les femmes et les  hommes. L'essentiel. Paris:  Editions DICOM S 15 003, DGCS-SDFE,  02/2016. 16 p. En téléchargement (format pdf: 2,1 Mo) sur le site du ministère  Publié par le Ministère de la santé, des affaires sociales et des Droits des femmes ce document rassemble un ensemble de données permettant de rendre perceptibles la réalité des inégalités dans de nombreux domaines : dans les familles, au travail, en politique, mais aussi dans le sport, la culture, l’espace public.
FraLa FRA appelle à l'adoption de mesures en vue de mettre un terme à la violence généralisée à l'égard des femmes dans l'ensemble de l'UE. Communiqué de presse Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne (13/01/2016)


Suite aux violences perpétrées le 31 décembre dernier, la FRA appelle à l'adoption de mesures afin de lutter contre la violence à l'égard des femmes qui, selon les recherches qu'elle a menées à ce sujet, est très répandue dans l'ensemble de l'UE, indépendamment de l'âge et du milieu social des victimes.

Consulter le communiqué en ligne sur le site de la FRA




rapport information violence faites aux femmes 2016Assemblée Nationale, CROZON Pascale. Les violences faites aux femmes.
Rapport d'information, n° 3514, 17/02/2016, 134 p. En téléchargement (format pdf: 1,15 Mo) sur le site de l'Assemblée nationale
Les recommandations du présent rapport révèlent la nécessité de poursuivre nos réflexions sur la protection des victimes de violences conjugales et intrafamilales, et la prévention des situations d'emprise que les femmes subissent.
Rapport d'information femmes et santé enjeux d'aujourd'huiBILLON Annick, LABORDE Françoise. Femmes et santé : les enjeux d’aujourd’hui. Rapport d'information n° 592 (2014-2015) de Mmes Annick BILLON et Françoise LABORDE, fait au nom de la délégation aux droits des femmes, déposé le 2 juillet 2015, 184 p. En téléchargement (au format pdf: 1,9 Mo) sur le site du Sénat  (07/02/2016) Ce rapport d’information est consacré au thème spécifique de la santé des femmes.
Parmi tous les sujets touchant à la santé des femmes on trouvera les thèmes du cancer, du tabagisme et des risques qui lui sont associés, des maladies cardiovasculaires et métaboliques, du VIH et des IST, de la contraception, du suivi gynécologique des femmes en situation de précarité et des conséquences des risques environnementaux sur la santé maternelle et infantile.
Plan securité femmes transports communs 2015Sécurité des femmes dans les transports en commun. Plan national de lutte contre le harcèlement sexiste et les violences sexuelles. Ministère de l’intérieur, Secrétariat d’état chargé des transports, de la mer et de la pêche, Secrétariat d’état chargé des droits des femmes, 2015, 12 p. En téléchargement (au format pdf: 469 ko) (juillet 2015) Ce plan développe 12 mesures concrètes pour lutter efficacement contre le harcèlement sexiste et les violences sexuelles dont sont victimes les femmes dans les transports en commun à travers trois axes :

- Mieux prévenir
- Une réaction plus efficace face à ces situations
- Mieux accompagner les victimes dans des transports publics non sexistes    
                                                                                                                                                                                                                 
impact violences sexuelles6Impact des violences sexuelles de l'enfance à l'âge adulte. Déni de protection, de reconnaissance et de prise en charge : enquête nationale auprès des victimes.
Association mémoire traumatique et victimologie, 03/2015, 322 p.
En téléchargement (format pdf) sur le site de l'associaation mémoire traumatique et victimologie
L’enquête Impact et prise en charge des violences sexuelles de l’enfance à l’âge adulte, a été conduite de mars à septembre 2014 auprès de 1 214 victimes de violences sexuelles âgées de 15 à 72 ans, dont 1153 femmes et 61 hommes, dans le but d’évaluer l’impact des violences sur leur vie et leur parcours de prise en charge. La collecte de données a été effectuée par le biais d’un questionnaire anonyme auto-administré par ordinateur, composé de 184 questions, dont 122 questions fermées et 62 questions ouvertes. Le questionnaire, conçu par la Dre Muriel Salmona, psychiatre-psycho-traumatologue et Présidente de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie, comprenait trois groupes de questions. Le premier portait sur les violences sexuelles subies, le deuxième sur le parcours judiciaire et le troisième sur la santé et la prise en charge médicale. Ce questionnaire a été diffusé auprès de victimes de violences sexuelles via les sites et les comptes sociaux de l’association, la radio, la presse papier et web, ainsi que le réseau associatif.
Dossier de presse
Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. Améliorer l'accès à l'IVG. Programme national d'action. Dossier de presse. Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, 01/2015, 13 p.

En téléchargement (au format pdf:) sur le site du ministère chargé de la santé

Le projet de loi relatif à la santé propos de nouvelles avancées . Les sages - femmes pourront désormais pratiquer des IVG médicamenteuses et l a généralisation du tiers - payant permettra aux femmes de ne pas avoir à avancer les frais relatifs à leur IVG. Près de 220 000 femmes avortent chaque année e n France. La plupart ont accès à l’IVG sans difficulté, mais certaines sont mal orientées ou mal prises en charge. Ce programme d’action offre des solutions pour régler ces difficultés.
40 ans loi veil40ème anniversaire de la loi sur l'IVG. Dossier d'actualité en ligne sur l'e site de l'Assemblée nationale (janvier 2015)
En ligne sur le site de l'Assemblée nationale

Le 17 janvier 1975 entrait en vigueur la loi autorisant pour la première fois en France l'interruption volontaire de grossesse

Cité des sciencesLoi Veil : 40 ans et un combat toujours d'actualité ! (dossier). En ligne sur le site Internet de la Cité des Sciences (janvier 2015)
En ligne sur le site de la Cité des Sciences
Il y a 40 ans, Simone Veil, alors ministre de la Santé, montait à la tribune de l’Assemblée nationale afin de défendre son texte de loi sur l’IVG, interruption volontaire de grossesse. Après trois jours et deux nuits de combat, la loi sera adoptée le 29 novembre 1974, par 284 voix pour et 189 contre. Promulguée le 17 janvier 1975 pour une période de cinq ans, cette loi sera définitivement adoptée en décembre 1979.


Quelques textes légistatifs marquants de la dernière législature
Ministere droits des femmesprojet loi


Dossiers législatifs - Projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes (DFEX1313602L).
En ligne sur Légifrance (28/01/2014)






L’Assemblée nationale a adopté le 28 janvier 2014 à une large majorité le projet de loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes présenté par Mme Najat Vallaud-Belkacem par 359 voix pour, 24 contre. Le texte qui, à la faveur d’un amendement, se nommera désormais loi « pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes » se veut transversal, avec de nombreuses conséquences pour les collectivités dans les domaines de la parité, la protection des femmes, l'état civil ou encore la gestion du personnel.

Consulter le parcours du projet de loi en ligne sur le site de l'Assemblée nationale

Infographie résumant les principales dispositions du projet de loi:
  • le congé parental réformé pour être mieux partagé
  • mieux articuler vie professionnelle et vie personnelle
  • égalité professionnelle
  • pensions alimentaires
  • violences faites aux femmes
  • IVG: un droit protégé et renforcé
  • stéréotypes sexistes
  • la parité dans toutes les sphères de la société




République FrançaiseVie publique - au coeur du débat public


Proposition de loi de M. Bruno Le Roux et plusieurs de ses collègues renforçant la lutte contre le système prostitutionnel, n° 1437, déposée le 10 octobre 2013. En ligne sur Légifrance (05/12/2013)


Loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel

L'assemblée nationale a adoptée en première lecture le 04 décembre 2013 par 268 votes pour, 138 contre et 79 députés abstentions, le projet de loi pour la lutte «contre le système prostitutionnel» déposé par le député Bruno Leroux et plusieurs de ces collègues.
Ce texte qui fait suite aux travaux de la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes de l’Assemblée nationale, tend à mettre à place un nouveau dispositif de lutte contre la prostitution.
Pour cela, les mesures prévues sont les suivantes :
  • renforcer les moyens d’enquête et de poursuite contre la traite des êtres humains et le proxénétisme (la disposition initiale qui voulait que des sites internet hébergés à l’étranger, contrevenant à la loi française contre le proxénétisme et la traite des êtres humains, pouvaient être bloqués par les fournisseurs d’accès n’a finalement pas été adoptée).
  • améliorer la prise en charge globale des personnes prostituées et la protection dont peuvent bénéficier les victimes de la traite des êtres humains et du proxénétisme (dispositions en matière de logement, de revenu de substitution, de protection et de réparation aux victimes de traite et du proxénétisme). En outre, afin de protéger les prostituées plutôt que de les interpeller, le délit de racolage est supprimé.
  • mettre en place une prévention plus importante des pratiques prostitutionnelles et du recours à la prostitution (mesures de sensibilisation et d’éducation),
  • à responsabiliser les clients qui par leur action permettent la pérennité du système prostitutionnel. La proposition de loi instaure une interdiction d’achat d’acte sexuel et crée une contravention sanctionnant le recours à la prostitution (amende de 1 500 euros).
Résumé Vie Publique.fr



Plan previolence femmes 2014-2016
4e plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes 2014-2016.
Paris: Ministère des droits des femmes, novembre 2013, 44p. En téléchargement (format pdf: 831 ko) sur le site du ministère (22/11/2013)



Najat Vallaud-Belkacem a présenté un plan triennal de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes qui prévoit notamment un doublement des moyens, l’ouverture de 1 650 solutions d’hébergement d’urgence et la limitation des mains courantes au profit des plaintes...

Télécharger le 4ème Plan en ligne sur le site du ministère




loi 2012_954Loi n° 2012-954 relative au harcèlement sexuel. In  JORF n°0182 du 7 août 2012. En ligne sur Légifrance (06/08/2012)

La loi n° 2012-954 du 6 août 2012, relative au harcèlement sexuel, a été publiée au Journal Officiel du 7 août 2012. Ce texte rétablit le délit de harcèlement sexuel, clarifie sa définition, aggrave et harmonise les sanctions et renforce la prévention du harcèlement dans le monde professionnel. L'objectif : sanctionner le délit de harcèlement sexuel et encourager les victimes à déposer plainte

Télécharger (au format pdf: 177 ko) le texte de loi sur Légifrance





circulaire_harcelement_2012Ministère de la justice. Circulaire JUS D 1231944 C-N° CRIM 2012 -15 / E8 sur la prévention des risques liés au harcèlement sexuel et moral. En téléchargement sur le site du ministère de la justice (07/08/2012)
Cette circulaire présente les principales modifications de droit pénal et de la procédure pénale résultant de la nouvelle loi

Télécharger la circulaire (au format pdf: 82 ko)

rapport_info_harcelement_Senat_2012DAVID Annie, GONTHIER-MAURIN Brigitte, SUEUR Jean-Pierre. Rapport d’information fait au nom de la commission des affaires sociales, de la commission des lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du Règlement et d’administration générale et de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, par le groupe de travail sur le harcèlement sexuel. Paris : Sénat, 2012, 114 p. En téléchargement (format pdf) sur le site du Sénat (15/06/2012)

Dès l'annonce de l'invalidation par le Conseil constitutionnel de la législation réprimant le harcèlement sexuel et de l'annulation des procédures en cours engagées par les victimes, le Sénat a réagi à cette situation moralement inacceptable par la création d'un groupe de travail, composé à part égale de membres de ses commissions des Lois et des Affaires sociales et de sa délégation aux Droits des femmes. Entre le 29 mai et le 7 juin 2012, ce groupe de travail a procédé à l'audition de plus de cinquante personnes concernées à un titre ou à un autre par la lutte contre le harcèlement sexuel : associations représentant les victimes ou engagées dans la lutte contre les violences faites aux femmes, syndicats du secteur privé et de la fonction publique, représentants du patronat, représentants de magistrats, de la profession d'avocat, ainsi que des diverses administrations concernées. Il a également entendu le Défenseur des droits ainsi que le procureur de la République de Paris. Au fil des auditions, de larges points d'accord se sont dégagés : nécessité de réprimer toutes les formes de harcèlement sexuel - y compris celles commises dans des circonstances particulières, à l'occasion d'un entretien d'embauche ou de l'attribution d'un logement, par exemple -, nécessité de définir l'infraction dans des termes suffisamment précis pour sécuriser les procédures, nécessité, enfin, d'alourdir les peines en cas de circonstances aggravantes, en particulier lorsque l'auteur des faits dispose d'une autorité hiérarchique sur la victime. Le présent rapport d'information rend compte de ces auditions et de ces points d'accord
Télécharger le rapport (au format pdf: 533 ko) sur le site du Sénat

Historique Dates importantes
Dates_histoire_Femmes Quelques dates dans l'histoire des femmes. In Femmes et Hommes - Regards sur la parité - Édition 2008. Paris: INSEE, 2008. En téléchargement sur le site de l'Insee




Généralité
Lutte stéréotype CASCommissariat général à la stratégie et à la prospective, NAVES Marie-Cécile, WISNIA-WEILL Vanessa. Lutter contre les stéréotypes filles-garçons. Un enjeu d’égalité et de mixité dès l’enfance. Paris: Commissariat général à la stratégie et à la prospective, 2014-01, 232 p. En téléchargement (au format PDF) sur le site Stratégie.gouv.fr

Ce document s’articule autour des chapitres suivants : La socialisation des jeunes enfants : pour plus d’implication des pères et de mixité dans les métiers de la petite enfance. Orientations scolaires et métiers : une insuffisante mixité qui pénalise surtout les jeunes moins qualifiés. Inégalités et discriminations filles-garçons dans les outils pédagogiques, les pratiques éducatives et la socialisation scolaire. Inégalités et différences filles-garçons dans les pratiques sportives et culturelles des enfants et des adolescents. La santé des jeunes au féminin et au masculin : stratégies pour combler les inégalités. Approfondissement : les industries de l’enfance.

Télécharger le rapport (au format pdf: 2,8 Mo) sur le site du Commissariat général à la stratégie et à la recherche



Atlas_mondial_Egalite_genresAtlas mondial de l’égalité des genres dans l’éducation. Paris : Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), 2012, 118 p. En téléchargement sur le site de l'Unesco (11/2012)

L’éducation des filles et des femmes est importante non seulement parce qu’elle relève d’un droit humain fondamental pour la moitié de la population, mais aussi parce qu’elle est un levier puissant pour le développement économique et la réalisation d’objectifs sociaux tels que l’amélioration de la santé, de la nutrition et de la participation à la vie civique. Cet Atlas présente les données les plus récentes de l’Institut de statistique de l’UNESCO sur les tendances en matière d’accès à l’éducation et de progression, de l’enseignement pré-primaire à l’enseignement supérieur et à l’alphabétisation des adultes, en s’attachant particulièrement à la question cruciale de l’égalité des genres. Le code de couleurs adopté pour les cartes permet au lecteur de visualiser aisément ces tendances à l’échelle mondiale et régionale et de comprendre comment elles se dessinent en fonction de facteurs tels que la richesse nationale ou la situation géographique.

Télécharger (au format pdf: 9,05 Mo) le calendrier sur le site de l'Unesco

Egalite_genres_UnescoEgalité des genres sur le site de l'UNESCO 
L’égalité des genres est une condition essentielle permettant aux femmes et aux hommes de bénéficier pleinement de leurs droits humains. La promotion d’une telle égalité partout dans le monde est une des priorités globales de l’UNESCO.






Revenus, salaires


France
Insee Première 152819,2 % d’écart salarial en EQTP au détriment des femmes. In Insee Première n°1528 - décembre 2014, p. 03. En téléchargement (au forlat pdf) sur le site de l'Insee (décembre 2014)
En 2012, le salaire net moyen diminue plus faiblement pour les femmes (– 0,1 % en euros constants) que pour les hommes (– 0,5 % en euros constants). À tous les niveaux de l’échelle salariale, les évolutions de salaire sont plus favorables aux femmes qu’aux hommes. Cela est dû tout d’abord à la progression de la part de cadres parmi les femmes salariées. Par ailleurs, l'évolution du salaire moyen des femmes est plus importante que celle des hommes chez les ouvriers et, dans une plus faible mesure, chez les cadres.
Insee premiere 1436MORIN Thomas, REMILA Nathan, INSEE. Le revenu salarial des femmes reste inférieur à celui des hommes. Insee Première n° 1436, mars 2013. En téléchargement sur le site de l'INSEE (03/2013)
En ligne sur le site de l'INSEE

En 2010, dans le secteur privé, les femmes ont un revenu salarial inférieur de 28 % à celui des hommes. Depuis 1995, les écarts de revenu salarial ont légèrement diminué entre hommes et femmes, en particulier du fait que la part des femmes progresse parmi les cadres. Il reste qu’elles occupent encore plus de 70 % des postes d’employés, qui présentent les niveaux de salaire les plus bas.
La répartition entre hommes et femmes reste très différenciée selon les secteurs d’activité. Dans le commerce de détail et dans de nombreuses activités de services, les emplois sont surtout occupés par des femmes. Les salaires horaires et le nombre d’heures travaillées y sont souvent les plus faibles, aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Dans l’ensemble du tertiaire, le revenu salarial moyen des femmes est inférieur de 27,5 % à celui des hommes.
Dans les secteurs de l’industrie et de la construction, les écarts de revenu salarial entre hommes et femmes sont moins marqués, mais le revenu salarial moyen des femmes reste inférieur de 18,8 % à celui des hommes.
En 2010, dans le secteur public, l’écart de revenu salarial entre hommes et femmes est de 18 %, soit 10 points de moins que dans le secteur privé. Cet écart est cependant resté stable ces dix dernières années.


Guadeloupe
Insee Flash 11 mars 2015Revenu salarial dans le secteur privé, des progrès vers la parité. Insee Flash n°11, mars 2015

En Guadeloupe, dans le secteur privé en 2012, les femmes ont un revenu salarial inférieur de 16 % à celui des hommes, mais l’inégalité salariale réelle est estimée à moins 1 %. Depuis 1995, les écarts de revenu salariaux ont diminué, en lien avec la féminisation des cadres. Néanmoins, leur part importante parmi les employés pèse sur l’écart salariale

En téléchargement sur le site de l'INSEE



Inégalités de genre, stéréotypes 

Haut conseil
Haut Conseil à l'Egalité entre les Femmes et les Hommes (HCEF). Repères statistiques, 2016. [En ligne sur Internet]. (Dernière consultation le 04/03/2016)

- Electorat
- Représentation nationale au sein des Parlements
- Représentation locale
- Représentation gouvernementale
- Education : orientation scolaire différente selon le sexe

- Image des femmes dans les médias
- Manifestations des stéréotypes dans la vie professionnelle
- Manifestations des stéréotypes dans la vie personnelle
- Parité


doc travail 203CHAMPAGNE Clara, PAILHE Ariane, SOLAZ Anne, Institut national des études démographiques (INED). 25 ans de participation des hommes et des femmes au travail domestique : quels facteurs d’évolutions ? Documents de travail, N°203, 02/2014, 36 p.
En téléchargement (format pdf: 1,5 Mo) sur le site de l'INED (02/2014)
Au cours des 25 dernières années, les hommes se sont davantage impliqués dans l'éducation des enfants, tandis que leur participation dans les autres tâches domestiques est restée stable. Les femmes ont également consacré davantage de temps aux activités parentales mais sensiblement moins à l'entretien domestique. Elles délaissent ainsi progressivement leur rôle de ménagère pour celui de mère éducatrice. Les évolutions du temps domestique tiennent surtout aux changements des comportements, reflétant un relâchement des exigences en matière d'entretien domestique. La progression de l'activité féminine et les changements des structures familiales ont également influencé ces évolutions, mais dans une moindre mesure...
Insee premiere 1463DJIDER Zohor, division Études sociales, Insee. Huit femmes au foyer sur dix ont eu un emploi par le passé. Insee Première n° 1463, août 2013. En téléchargement (format pdf) sur le site de l'INSEE (août 2013)

En 2011, parmi les femmes âgées de 20 à 59 ans non étudiantes, 2,1 millions sont des « femmes au foyer » : elles vivent en couple et sont inactives. En 1991, elles étaient 3,5 millions. Les femmes au foyer sont moins diplômées que les femmes en couple actives, mais plus diplômées qu’il y a vingt ans. Cette situation tend à se raréfier aux âges intermédiaires. Elle se rencontre plus fréquemment aux âges où les enfants sont encore jeunes et chez les cinquantenaires, encore les plus nombreuses (37 % des femmes au foyer).

Huit femmes au foyer sur dix ont eu un emploi par le passé. L’interruption de l’activité survient souvent à l’occasion de l’arrivée d’un enfant, mais elle est aussi liée à une conjoncture économique moins favorable. Les femmes au foyer qui n’ont jamais travaillé sont moins diplômées et plus souvent mères de familles nombreuses.

Télécharger (au format pdf: 142 Ko) Insee Première n°1463



Insee première 1462GUEDJ Hélène, division Études sociales, Insee. Le taux d’emploi des hommes et des femmes. Des écarts plus marqués en équivalent temps plein. Insee Première n° 1462, août 2013. En téléchargement (format pdf) sur le site de l'INSEE (août 2013)

En 2011, parmi les femmes âgées de 20 à 64 ans ayant achevé leur formation initiale, 67 % ont un emploi : c’est 9 points de moins que les hommes. En équivalent temps plein (ETP), le taux d’emploi des femmes n’est plus que de 59 % et l’écart atteint 15 points par rapport aux hommes. L’écart est important mais se resserre entre 2003 et 2011 : le taux d’emploi en ETP des femmes augmente de 1 point quand celui des hommes recule de 3 points. Les taux d’emploi augmentent fortement chez les personnes de 55 à 64 ans, hommes comme femmes, malgré une nette montée du temps partiel chez les 60-64 ans. Entre 2003 et 2011, c’est pour les 20-29 ans que la situation se dégrade le plus : le chômage et le temps partiel augmentent fortement après 2008. En 2011, le taux d’emploi en ETP des jeunes femmes sans diplôme n’atteint pas 30 % contre près de 80 % pour les jeunes femmes diplômées du supérieur. Les femmes peu diplômées, qu’elles aient ou non des enfants, peinent davantage que leurs homologues masculins et que les femmes plus diplômées à trouver un emploi et à l’exercer à temps plein.

Télécharger (au format pdf: 77 Ko) Insee Première n°1462


Insee premiere 1454GOVILLOT Stéphanie, division emploi INSEE. Après une naissance, un homme sur neuf réduit ou cesse temporairement son activité contre une femme sur deux. Insee Première N° 1454, juin 2013. En téléchargement sur le site de l'INSEE (06/2013)

En France, plus d’une mère sur deux d’enfants de moins de huit ans s’est arrêtée de travailler après la naissance de ses enfants ou a réduit temporairement son temps de travail, c’est-à-dire au moins un mois au-delà de son congé de maternité. Seuls 12 % des pères ont modifié leur temps d’activité au-delà de leur congé de paternité. Chez les femmes, ces modifications du temps de travail s’effectuent majoritairement dans le cadre du congé parental. Les moins diplômées cessent plus souvent leur activité alors que les titulaires d’un diplôme de niveau Bac + 2 tendent davantage à la réduire. Dans quatre cas sur cinq, la décision de prendre un congé parental à temps plein a été prise avant la naissance. Neuf mères sur dix ayant pris un congé parental à temps plein considèrent que c’était la meilleure solution pour l’enfant, trois sur dix qu’un autre mode de garde aurait été trop cher, et trois sur dix qu’elles en avaient besoin pour se remettre de la naissance. En France, les interruptions d’activité féminines suite à une naissance sont moins fréquentes qu’en Suède, en Allemagne ou au Royaume-Uni. Ces écarts s’expliquent en partie par les différences de législation du congé parental entre pays et par leurs particularités en matière d’offre de modes de garde.

Télécharger (au format pdf: 143 Ko) Insee Première n°1454


rapport jouannoDUHAMEL Eveline, JOYEUX Henri. Egalité hommes-femmes : le syndrome de l’escargot. Paris: Conseil économique social et environnemental (CESE), février 2013, 122p. En téléchargement (format pdf) sur le site du CESE
L'égalité entre les hommes et les femmes progresse, certes, mais très lentement et pas pour tout le monde. Les femmes restent en effet l'objet de discriminations sur le marché du travail et continuent de porter à bout de bras l'essentiel des charges domestiques. Et comme si cela ne suffisait pas, les inégalités entre femmes tendent à se creuser... D'après le résumé Alternatives économiques, n° 322, 2013/03, pp. 57-66

Télécharger (au format pdf:
3,4 Mo) l'étude sur le site du CESE


Site_EGA_prowww.ega-pro.fr : un nouveau site sur l’égalité professionnelle femmes-hommes. Actualité Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle (06/02/2013)


Ce nouveau site web d’information sur le mode d’emploi de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Il s’adresse notamment aux petites et moyennes entreprises et leur propose un parcours personnalisé et des outils gratuits d'aide au diagnostic sur le thème de l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

Concernant les outils, le site, élaboré par les services de l'Etat en concertation avec les partenaires sociaux, propose notamment une vidéo réalisée par la Commission Européenne qui permet de mieux comprendre comment les inégalités entre les femmes et les hommes naissent puis se développent, notamment au cours de la vie professionnelle. Un test de 16 questions propose également d’évaluer ses connaissances sur l’égalité professionnelle et les différences de conditions de travail entre les femmes et les hommes. Les PME peuvent aussi utiliser des supports de sensibilisation à utiliser dans les entreprises.



Insee_Premiere_1435_2013BUISSON Guillemette, LAPINTE Aude, division Enquêtes et études démographiques Insee. Non-cohabitation, conjoints de même sexe, Pacs... Insee Première n°1435, février 2013. En téléchargement (format pdf) sur le site de l'INSEE

Début 2011, en France métropolitaine, 32 millions de personnes majeures déclarent être en couple, 72 % d’entre elles sont mariées et partagent la même résidence que leur conjoint, de sexe différent. 7 millions sont en union libre et 1,4 million sont pacsées.
Parmi les adultes qui se déclarent en couple, 4 % indiquent par ailleurs que leur conjoint ne vit pas dans le logement. Plus de la moitié d’entre eux a moins de 30 ans. Entre 30 et 59 ans, une personne en couple sur dix ne réside pas avec son conjoint en l’absence d’enfant commun. La non-cohabitation concerne surtout des personnes en union libre.
200 000 personnes sont en couple avec une personne du même sexe, dont 16 % avec une personne ne vivant pas sous le même toit. Six sur dix sont des hommes. 43 % sont pacsées, cette proportion atteignant 55 % après 35 ans. Environ 10 % déclarent vivre au moins une partie du temps avec un enfant, généralement né avant l’union actuelle ; il s’agit avant tout de femmes.

Télécharger (au format pdf: 145 Ko) Insee Première n°1435

Insee_Premiere_1409 
 PONTHIEUX Sophie, division Conditions de vie des ménages. La mise en commun des revenus dans les couples. Insee Première n°1409, juillet 2012. En téléchargement (format pdf) sur le site de l'INSEE


En 2010, parmi les couples qui vivent ensemble depuis au moins un an et dont au moins un des conjoints est actif, près des deux tiers déclarent mettre leurs revenus intégralement en commun. Les autres se répartissent à peu près également entre ceux qui déclarent mettre en commun seulement une partie de leurs revenus et ceux qui déclarent les séparer totalement. Ces modes d’organisation sont stables : 90 % des couples ont toujours appliqué le même. Les conjoints se consultent plus souvent pour leurs dépenses personnelles lorsqu’ils mettent tous les revenus en commun. La mise en commun totale apparaît plus fréquente quand les couples sont mariés ou ont des enfants et, nécessairement, quand l’un des partenaires est inactif. Elle l’est moins lorsqu’il ne s’agit pas d’une première union ou quand le niveau de diplôme des partenaires ou leur niveau de vie sont élevés.

Télécharger (au format pdf: 140 ko) Insee Première n°1409




Dares_Analyse_82Les femmes occupent des emplois où le travail semble moins épanouissant . Dares analyse n°082, décembre 2010. En téléchargement (format pdf: 161 ko), sur le site du ministère du travail de l'emploi et de la santé Globalement, les femmes occupent des emplois où le travail est moins formalisé mais où elles disposent de moins de marges de manoeuvre que les hommes. Elles exercent moins souvent des responsabilités hiérarchiques et accèdent moins facilement à des formations. Elles se déclarent plus souvent débordées dans leur travail que les hommes, en particulier quand elles ont de jeunes enfants. Pour faire face à une surcharge de travail ou à des tâches délicates, elles estiment moins fréquemment  que les hommes pouvoir disposer d’une aide,  en interne comme en externe. Moins confiantes dans l’utilité de leur travail, elles sont aussi moins satisfaites de leur salaire compte tenu du travail réalisé.
En contrepartie, leurs horaires de travail sont  en moyenne moins contraignants et plus prévisibles, elles dépassent moins souvent les horaires de travail habituels et amènent moins  souvent du travail à la maison. Les différences ici observées renvoient à la fois à la répartition, différenciée selon le sexe, des professions (hommes et femmes n’exerçant
pas les mêmes métiers) et à des différences entre sexes au sein même d’une profession.
Télécharger Dares analyse 82


Ecole, Enseignement supérieur

Filles_garcons_enseignement_supDirection générale de l’enseignement scolaire, Direction générale pour l’enseignement supérieur et l’insertion professionnelle, Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance. Filles et garçons sur le chemin de l'égalité, de l'école à l'enseignement supérieur. Paris: Ministère de l'Education nationale, février 2016, 40 p.
L'édition 2015 de la publication « Filles et garçons sur le chemin de l'égalité de l'école à l'enseignement supérieur » regroupe les principales données statistiques sur les parcours scolaires comparés des filles et des garçons : répartition sexuée selon les niveaux d'enseignement, choix d'orientation, types d'établissement, réussite aux examens.
Plusieurs constats peuvent être tirés de ces données. Tout d’abord, les garçons réussissent toujours moins bien que les filles à l’école. Ils ont plus souvent des difficultés en lecture et poursuivent moins souvent des études longues. Un garçon sur cinq sort de formation initiale sans diplôme, contre un peu plus d’une fille sur dix.Les filles obtiennent plus souvent le baccalauréat et plus souvent avec une mention « bien » ou « très bien », notamment en série S. Cette réussite scolaire des filles ne se traduit cependant pas dans la situation professionnelle à la sortie du lycée ou de l’apprentissage : à diplôme équivalent, les filles s’insèrent moins bien dans l’emploi que les garçons. Enfin, des différences persistent dans l’orientation et le choix des spécialités, notamment en ce qui concerne les sciences et technologies. Les filles s’orientent davantage vers l’enseignement général et technologique, mais optent moins souvent pour les filières scientifiques : bien qu’en augmentation de 8 points depuis 2000, la part des filles en terminales scientifiques (S, STI2D et STL) atteint à peine 42% en 2013. Dans l’enseignement professionnel, les filles sont quasiment absentes des spécialités de la production (14%). Dans le même temps, les femmes sont nettement plus souvent diplômées de l’enseignement supérieur ; elles demeurent très minoritaires parmi les ingénieurs (29%) et les docteurs en sciences (38%).


Sommaire en ligne sur le site du ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

  • La scolarisation 
  • La mixité à l'école
  • De l'école au collège
  • Le second degré
  • Après le baccalauréat
  • Les résultats
  • La situation professionnelle
  • Les personnels
Télécharger l'édition 2015 du guide (au format pdf: 951 ko) sur le site du ministère


Vie familiale, Mode de vie, Violence

France
Documents de travail n°212 InedChristelle Hamel, Institut national d'Etudes démographiques (INED). Violences et rapports de genre : Contextes et conséquences des violences subies par les femmes et les hommes. In Documents de travail n° 212, 2014, 41 pages.
En téléchargement (format pdf) sur le site de l'INED (juin 2014)

L’Enquête Violences et rapports de genre (VIRAGE) a pour ambition de produire une nouvelle approche des violences liées aux inégalités hommes/femmes, en incluant les hommes dans son échantillon. Cette enquête quantitative sera menée auprès de 35000 répondants (femmes et hommes), âgés de 20 à 69 ans. Elle innove par un mode de collecte multimodes (qui combine téléphone et internet). Dans chacune des sphères de vie (espaces publics, travail, études, couple, famille), sont explorés tous les faits de violence subis lors des 12 derniers mois et au cours de la vie.

A noter: Les répliques de l'Enveff dans les DOM ou POM pp. 10-11


Dossier violence femmes EHESPEcole des hautes études en santé publique (EHESP). Service documentation. Violences faites aux femmes. Dossier documentaire. En téléchargement (format pdf) sur le site de l'Ecole des hautes études en santé publique (EHESP), 12/2013, 9 p.
Le Ministère des Droits des Femmes a présenté le 22 novembre 2013 les grands axes du quatrième plan 2014-2016 de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes. A cette occasion, le service documentation de l'EHESP a proposé une mise à jour de son dossier documentaire « Les violences faites aux femmes ».

Télécharger (au format pdf: 674 Ko) le document sur le site de l'EHESP



ENMVCDirection Générale de la Police nationale, Direction Générale de la Gendarmerie nationale. Etude nationale 2013 sur les morts violentes au sein du couple. Paris: Ministère de l'intérieur, mai 2014, 31 p. En téléchargement (format pdf: 3,2 Mo) sur le site du ministère de l'intérieur (15/05/2014) 

L’étude nationale sur les morts violentes au sein du couple pour l’année 2013, réalisée pour la 8ème année consécutive par la délégation d’aide aux victimes (DAV) du ministère de l’intérieur, a été publié en mai 2013.
Pour l’année 2013, le bilan fait état de 146 personnes décédées (121 femmes et 25 hommes), victimes de leur partenaire ou ex-partenaire de vie, soit un homicide commis au sein du couple tous les deux jours.
L'ensemble de ces faits représente 19,36 % des homicides non crapuleux répertoriés au cours de l'année écoulée.
Par rapport à l’année précédente, 28 victimes de moins ont été dénombrées (- 27 femmes et - 1 homme).
Compte tenu de cette baisse significative, une femme est décédée en moyenne tous les trois jours (contre une tous les deux jours et demi pour 2012) et un homme tous les quatorze jours et demi (contre un tous les quatorze jours pour l’année précédente).

En Guadeloupe, 2 victimes sont enregistrés pour la même période

Télécharger (au format pdf: 2,93 Mo) l'enquête sur le site du ministère de l'Intérieur

Insee_Premiere_1423ROY Delphine, division Redistribution et politiques sociales, Insee. Le travail domestique : 60 milliards d’heures en 2010. Insee Première n°1423, novembre 2012. En téléchargement (format pdf) sur le site de l'INSEE


Chaque jour, en moyenne, nous consacrons plus de 3 heures à des tâches domestiques (cuisine, ménage, courses, soins aux enfants, etc.). Ce faisant, nous produisons des services dont nos proches et nous-mêmes pouvons profiter. Mais ces services ne sont pas comptabilisés dans le produit intérieur brut (PIB), alors qu’ils le seraient si nous les achetions, sous la forme par exemple d’heures de ménage. Dans une optique de mesure élargie des niveaux de vie, il importe de connaître la valeur de cette production. Selon les activités que l’on retient comme productives, le temps consacré à la production domestique sur une année en France représente une à deux fois le temps de travail rémunéré. Avec des choix intermédiaires de champ et de valorisation, cette production est évaluée à 33 % du PIB. Ce travail est majoritairement réalisé par les femmes (64 % des heures de travail domestique).

Télécharger (au format Pdf: 147 Ko) Insee Première n°1423





Repere_18_2012_INHESJLe profil des personnes de 18 à 75 ans s’étant déclarées victimes de violences physiques ou sexuelles par conjoint 1 ou ex-conjoint sur 2 ans lors des enquêtes « Cadre de vie et sécurité » INSEE-ONDRP de 2008 à 2012. Repère n°18 - octobre 2012. En téléchargement (format pdf) sur le site de  l'Institut National des Hautes Etudes en Sécurité et de la Justice (INHESJ), (février 2012)
Le cumul des résultats des enquêtes « Cadre de vie et sécurité » de 2008 à 2012 permet d’étudier ce qu’on appelle le « profil des victimes » de violences physiques ou sexuelles par conjoint ou ex-conjoint. Il s’agit de présenter et d’analyser les disparités des proportions de personnes se déclarant victimes en fonction de leurs caractéristiques personnelles (sexe, âge, niveau de diplôme ou autre), de celles de leur ménage, de leur quartier ou de leur commune de résidence.

Télécharger (au format pdf: 2,1 Mo) le Repères n°18 sur le site de l'INHESJ



Insee PremiereMainguené Alice, division Etudes sociales. Couple, famille, parentalité, travail des femmes. Les modèles évoluent avec les générations. Insee Première n°1339, mars 2011. En téléchargement sur le site de l'Insee

Selon cette étude de l’Insee, les opinions sur les modèles sociaux et familiaux évoluent avec les générations mais certains clichés sont tenaces.

Télécharger (au format pdf: 189 ko) Insee Première n°1339

ER_749_2011Travailler et garder son enfant en bas âge. In Etudes et résultats n° 749, février 2011, 8 p. Paris: Ministère de la santé : Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

Près des deux tiers des enfants de moins de 3 ans dont les parents vivent en couple sont gardés par un de leurs parents ou les deux la majeure partie de la journée en semaine. Cette proportion passe à un tiers lorsque les deux parents travaillent. Même lorsque leurs parents travaillent tous les deux à temps complet, un quart des enfants sont aussi principalement gardés par eux, soit environ 170 000 enfants de moins de 3 ans...

En téléchargement (au format pdf: 418 ko) sur le site Sante.gouv.fr



ER_750_2011Situations professionnelles à l’entrée et à la sortie du complément de libre choix d’activité (CLCA). In Etudes et Résultats n° 750, 8 p. Paris: Ministère de la santé : Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

Le complément de libre choix d’activité (CLCA) est une prestation familiale accordée aux parents d’enfants de moins de 3 ans qui ne travaillent pas ou qui travaillent à temps partiel.

En téléchargement (format pdf: 357 ko) sur le site Sante.gouv.fr

ER_751_2011Prendre un congé parental total : une décision qui dépend essentiellement du nombre d’enfants et de l’emploi occupé auparavant. In Etudes et résultats n° 751, février 2011, 8 p. Paris: Ministère de la santé : Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES)

Fin 2007, 280 000 parents d’enfants de moins de 3 ans sont en congé parental total. Il s’agit surtout de femmes (94 %). 12 % des mères de jeunes enfants ont ainsi cessé de travailler tout en conservant leur contrat de travail, avec l’assurance de retrouver leur emploi ou un emploi similaire à l’issue de ce congé. Ce congé, non rémunéré par l’employeur, donne souvent lieu au versement d’une prestation familiale, le CLCA (complément de libre choix d’activité), qui limite ainsi la perte de revenus en l’absence d’activité professionnelle.

En téléchargement (format pdf: 320 ko) sur le site Sante.gouv.fr

Population_Societes_445Bajos N, Bozon M et l'équipe CSF. Les violences sexuelles en France : quand la parole se libère. Population et Sociétés n°445, mai 2008, 4p.

La proportion de personnes ayant subi des agressions sexuelles au cours de leur vie est mieux connue depuis quelques années grâce à plusieurs enquêtes scientifiques menées auprès d’échantillons représentatifs de la population. De l’enquête Enveff menée en 2000 à l’enquête CSF menée en 2006, les déclarations de violences sexuelles ont doublé. Nathalie Bajos et Michel Bozon nous en expliquent les raisons, qui tiennent principalement à ce que ces violences sont de moins en moins tues.

Télécharger Populations & Sociétés n°445

Populations_Societes_461
Régnier-Loilier Arnaud. L’arrivée d’un enfant modifie-t-elle la répartition des tâches domestiques au sein du couple ? Population & Sociétés n°461, novembre 2009, 4p.

L’Institut National d’Etudes Démographiques a fait paraître une étude sur la parité hommes – femmes dans la répartition des tâches ménagères après l’arrivée d’un enfant dans le couple dans le cadre de l’étude des relations familiales et intergénérationnelles. Cette étude se pose la question de savoir si le déséquilibre est davantage accentué avec l’arrivée d’un enfant ou si les hommes sont plus impliqués.
Cette étude révèle que 80 % des tâches ménagères sont effectuées par femmes et que ce déséquilibre s’accroît davantage avec l’arrivée d’un enfant. Une naissance accentue donc le déséquilibre du partage des tâches. Il se creuse pour la plupart des tâches : préparation des repas, courses alimentaires, ménage …

Télécharger Population & Sociétés 461

Enquete_Ipsos
La répartition des tâches ménagères au sein du couple: mode d’emploi. Sondage IPSOS/ MAPA - SPONTEX, janvier 2008. En ligne sur Ipsos.fr

MAPA, SPONTEX et IPSOS ont voulu réaliser un état des lieux en donnant directement la parole aux couples et en leur demandant de nous raconter comment les choses se passent à la maison. 569 personnes vivant en ménage et issues d’un échantillon représentatif de la population française ont été interrogées. Leurs réponses ont permis de dresser un panorama complet et contrasté de la situation.
Du côté des femmes : si les hommes acceptent de réaliser certaines tâches ménagères, leur investissement reste aujourd’hui encore très limité
Consulter l'enquête sur le site Ipsos.fr

Guadeloupe

Généralité
Antiane_Echos_26_2013GRAGNIC Barbara. Recul de la natalité en Guadeloupe depuis 2005. Antiane Echos n°26, janvier 2013

En 2009, les Guadeloupéennes ont mis au monde 5487 bébés, soit 274 de moins qu’en 2008. Les variations du taux de fécondité sont le résultat d’évolutions de comportement et du vieillissement de la population.
Les femmes de Guadeloupe démarrent leur vie féconde plus tôt que les femmes de France métropolitaine. Cependant, comme en métropole, l’âge moyen de la maternité recule.
Cette baisse de la natalité pèse sur le solde naturel qui pourrait devenir négatif d’ici 2030 rendant la croissance démographique de la Guadeloupe quasi nulle.

En téléchargement (format pdf:869 Ko) sur le site de l'Insee



Etude_Egalite_Prof_H_F_Aract_Gpe_2012Cabinet Ernst & Young, Association Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail de Guadeloupe (ARACT). Rapport de synthèse "Etude égalité professionnelle Hommes/Femmes de Guadeloupe: quelle réalité sur le territoire guadeloupéen ?", novembre 2012, 70p. En téléchargement (format pdf) sur le site de l'Aract Guadeloupe



Au regard de la méconnaissance sur la réalité des écarts de situation professionnelle des femmes et des hommes en Guadeloupe et du contexte juridique en rapide évolution, LʼARACT Guadeloupe, la DIECCTE et le Fonds Social Européen ont lancé le 12 juin 2012 une étude intitulée « Egalité professionnelle entre Hommes et Femmes en Guadeloupe », confiée après procédure dʼappel dʼoffre au cabinet Ernst & Young.

Cette étude consistait dans un premier temps à recueillir et à analyser lʼensemble des documentations sur la situation à lʼéchelle de la Guadeloupe afin de disposer dʼune « photographie » objective et documentée, puis dans un deuxième temps à observer la réalité sur le « terrain » au travers dʼune enquête quantitative et qualitative menée auprès dʼun panel dʼentreprises représentatif du territoire, et de visites sur sites (entretiens avec les DRH, avec les salariés, visites des locaux, analyse de documents et constats sur site).Ces travaux, suivis par un comité de pilotage représentant les différentes parties engagées dans lʼétude, ont permis en six mois de réaliser une synthèse sur la réalité des conditions de travail différenciées entre les femmes et les hommes en Guadeloupe.

Télécharger (au format pdf: 3 Mo) l'étude sur le site de l'Aract Guadeloupe


Familles_Monoparentales
Antilles-Guyane : les familles monoparentales. Un modèle ancré et persistant
. Antiane Economiques n°72, janvier 2010, pp. 32-35

Particulièrement importante aux Antilles et en Guyane où elle représente près d’un ménage sur quatre, la monoparentalité ne progresse plus qu’en Guyane. Plus jeunes et féminines qu’en France métropolitaine, les familles monoparentales sont davantage que les autres confrontées à des difficultés d’emploi, de revenus et de réussite scolaire des enfants.

En téléchargement

Femmes_Sport_GuadeloupeLes femmes et le sport en Guadeloupe. Diagnostic et analyse des pratiques d’activités physiques et sportives chez les femmes. Basse-Terre: Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports de Guadeloupe, septembre 2007, 30 p.

Afin d'évaluer l’implication des femmes dans la pratique générale du sport en Guadeloupe. Et dans le but de mieux connaître le profil et les habitudes des femmes qui ont une activité sportive. La DDJS de la Guadeloupe a confié au cabinet IPSOS Antilles la réalisation d’une étude par sondage auprès du grand public guadeloupéen, et
notamment auprès des femmes.
En téléchargement sur le site HTA-Gwad




Santé - Généralités
Prostitution_enjeux_sanitaires_Igas_2012AUBIN Claire, JOURDAIN-MENNIGER Danielle, EMMANUELLI Julien. Prostitution : les enjeux sanitaires. Paris : Inspection Générales des Affaires Sociales, décembre 2012, 147 p. En téléchargement (format pdf) sur le site de l'IGAS

L’Inspection générale des affaires sociales (Igas) a remis en décembre 2012 à la ministre des Droits des femmes son rapport sur les enjeux sanitaires de la prostitution. Ce rapport est le premier travail de grande envergure réalisé par un corps de l’Etat indépendant et prestigieux sur la question de la prostitution.

Télécharger (au format pdf: 1Mo) le rapport sur le site de l'Igas



Masculin_feminin_prisme_inegalitesociales_sante
Cousteaux AS.
Le masculin et le féminin au prisme de la santé et de ses inégalités sociales. Paris : Institut d'études politiques de Paris, 2012, 566 p.
Cette thèse s'attache à décrire et à expliquer les différences entre hommes et femmes en matière de santé, y compris dans leurs variations sociales. Elle envisage la santé comme un prisme de lecture de la construction sociale du masculin et du féminin et des rapports de domination entre hommes et femmes. Elle se concentre sur deux questions. Pourquoi les femmes se déclarent-elles en plus mauvaise santé alors qu'elles vivent en moyenne plus longtemps que les hommes ? Pourquoi les inégalités sociales de santé et de mortalité semblent-elles moins prononcées chez les femmes ? Cette recherche s'appuie sur l'analyse secondaire de données quantitatives, principalement celles de l'INSEE.

Voir le document sur le site : http://halshs.archives-ouvertes.fr

Etat_sante_pop_fra_synthese_2015PROST Thierry, REY Sylvie.L'état de santé de la population en France. Edition 2015. Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), 2015, 502 p.
La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) publie la 6ème édition du rapport sur l’État de santé de la population en France, rédigé avec l’ensemble des producteurs de données. À travers plus de 200 indicateurs, ce panorama détaillé de la santé conjugue approches par population, par déterminants et par pathologies, illustrant l’état de santé globalement favorable des Français. Il met également en lumière les principaux problèmes de santé auxquels sont confrontées les politiques publiques, dont les inégalités sociales de santé.
Constitué de fiches par déterminants, par groupes de population et par pathologies, ce nouveau rapport présente une analyse problématisée des données épidémiologiques relatives aux principales thématiques de santé, ainsi qu’une partie dédiée aux indicateurs transversaux (démographie, données synthétiques de mortalité et de morbidité, inégalités sociales de santé, etc.). Parmi les indicateurs définis, un peu plus de la moitié sont
déclinables à une échelle au moins régionale, et 40 % d’entre eux permettent, au moins de manière simplifiée, une approche des inégalités sociales de santé.
Télécharger la synthèse (au format pdf)

Sante_Femmes_France_CESEHENON Dominique, Conseil Economique et Social Environnemental (CESE) : Délégation aux droits des femmes et a l'égalité des chances entre hommes et femmes. La santé des femmes en France. Paris : CESE, 27/09/2010, (Coll. Avis et Rapports), 106p.
Dans ce rapport, le Conseil économique et social et environnemental (CESE) demande aux pouvoirs publics « une véritable politique d’éducation à la sexualité » et plus largement une meilleure éducation à la santé pour les jeunes femmes. En effet deux tiers des jeunes filles de troisième (14 ans) pensent qu’elles ne peuvent pas tomber enceintes lors des premiers rapports sexuels. Une méconnaissance liée à une éducation sexuelle limitée en milieu scolaire, et très inégale, malgré une loi votée il y a près de dix ans, qui oblige chaque établissement à la dispenser. Le CESE préconise donc un « renforcement des effectifs des services de santé scolaire » et une meilleure prise en charge par l'Assurance-maladie des méthodes contraceptives.

Le CESE met en relief le cas particulier des départements d'outre-mer où le taux de recours à l'IVG est le double de celui de la métropole, ce qui est souvent lié au "poids des religions et mouvements sectaires"... (à partir des résumé d'articles du Figaro Madame, et de l'AFP)


Télécharger le rapport (au format PDF) sur le site du CESE



Santé - Grossesse/Contraception/IVG/ Précarité

pop & soc 518 01/2015Institut national d'études démographiques (INED), MAZUY Magali, TOULEMON Laurent, BARIL Elodie. Un recours moindre à l’IVG, mais plus souvent répété. In Population et sociétés n° 518, 01/2015, 4 p. En téléchargement sur le site de l'INED (janvier 2015)

Il y a quarante ans, le 17 janvier 1975, la loi relative à l’interruption volontaire de grossesse (IVG), dite loi Veil, dépénalisait le recours à l’avortement. Confirmée en 1979, la dépénalisation de l’IVG a été complétée par des aménagements législatifs rendant le recours moins difficile : remboursement par la sécurité sociale fin 1982, assouplissement de l’accès et allongement du délai légal en 2001. L’analyse des bulletins statistiques remplis à l’occasion des IVG permet de retracer l’évolution des comportements en France.

dossier contraceptionContraception et IVG : rapports et études. En ligne sur le site du ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes (29/01/2015)
Dossier en ligne sur le site du Ministère des affaires sociales,de la santé et des droits des femmes (29/01/2015)
Guide IVG hors étab santeIVG hors établissement de santé. Livret d'information à l'attention des médecins. Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, 2014, 35 p. En téléchargement (au format pdf) sur le site du ministère (janvier 2015)
Ce guide est adressé aux médecins et informe de la procédure à suivre lors d'une IVG médicamenteuse.
Si la femme souhaite interrompre sa grossesse par méthode médicamenteuse sans hospitalisation, une IVG pratiquée dans ce cadre est réalisée :
- soit par un médecin d’un cabinet de ville ayant signé une convention avec un établissement de santé
- soit par un médecin d’un centre de planification ou d’un centre de santé ayant signé une convention avec un établissement de santé
Population 03/2014Institut national d’études démographiques (INED), MAZUY Magali, TOULEMON Laurent, BARIL Élodie. Le nombre d’IVG est stable, mais moins de femmes y ont recours. In Population n° 3, 2014, pp. 365-398. En téléchargement (au format pdf) sur le site de l'Ined (décembre 2014)
Chaque année les interruptions volontaires de grossesse (IVG) concernent environ 1,5 % des femmes d’âge reproductif (1,4 % pour la France métropolitaine). Le recours à l’IVG est stable au fil du temps, avec environ 200 000 IVG chaque année.
FT Orsag Cesariennes
YACOU Cécile, Observatoire Régional de la Santé de Guadeloupe (ORSaG). Fiche thématique ORSaG: Fréquence des césariennes en Guadeloupe. Basse-Terre: ORSaG, mars 2013 


En Guadeloupe, le taux de césariennes est évalué à 18,9 % pour l’année 2011. Même s’il est inférieur au constat national (20,5 %* en 2011), ce taux reste élevé. Un des objectifs du Plan Stratégique de Santé Guadeloupe, Saint-Barthélemy, Saint-Martin est de réduire la fréquence des césariennes pour les accouchements à bas risque obstétrical.

Afin de piloter au mieux ses actions, l'Agence de Santé de Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy a confié à l’ORSaG la réalisation d’un état des lieux du taux de césariennes en Guadeloupe.


Télécharger (au format pdf: 204 Ko) la fiche thématique sur le site de l'ORSaG

Population_Societes_492_2012BAJOS Nathalie, BOHET Aline, LEGUEN Mireille, MOREAU Caroline. La contraception en France : nouveau contexte, nouvelles pratiques ? Population et Sociétés n°492, septembre 2012. En téléchargement (format pdf) sur le site de l'INED

Quelles sont les méthodes de contraception utilisées aujourd'hui en France ? La loi votée en 2001 visant à faciliter l'accès à la contraception, notamment chez les mineures, et l'offre de nouvelles méthodes ont-elles modifié les pratiques ? Premiers résultats de l'enquête Fecond.

Télécharger (au format pdf: 2,2 Mo) Populations et Sociétés sur le site de l'INED

Medecine_4_vol_8_2012Contraception d'urgence et IVG chez l'adolescente. In Médecine, 2012, vol.8, n°4, pp. 163-168. En téléchargement (format pdf) sur le site John Libbey Eurotext (04/2012)
La contraception pose chez les adolescent(e)s des questions complexes et un paradoxe : selon les premières données du Baromètre Santé 2010, plus de 91 % des Françaises sexuellement actives âgées de 15 à 24 ans déclarent employer une méthode contraceptive ; malgré cet usage fortement généralisé de la contraception, le nombre d'interruptions volontaires de grossesse (IVG) chez les adolescentes reste très élevé : 18 000 mineures enceintes en France en 2010, 13 500 ayant recours à l'IVG, 2 grossesses non prévues sur 3 survenant sous contraception. Une double approche semble indispensable pour tenter de résoudre ce paradoxe. Faciliter l'information et la mise à disposition de la contraception est la première : accès, modalités de prescription, coût, confidentialité, choix éclairé du mode contraceptif; « éduquer » les adolescents à la sexualité la seconde (éducation sexuelle à l'école, campagnes de communication, information sur les dangers de la pornographie) où parents et professionnels ont des rôles complémentaires. La combinaison de ces deux approches semble indispensable si l'on veut éviter que l'IVG ne soit un mode de contraception banalisé...

Télécharger (au format pdf: 690 ko) l'article sur le site John Libbey Eurotext

Dossier_IVG_02_2013Dossier Interruption volontaire de grossesse (IVG). En ligne sur le site du ministère des Affaires sociales et de la Santé (04/02/2013)

Malgré le nombre important de femmes et de couples utilisant un moyen de contraception, le nombre de grossesses non désirées reste élevé comme le montrent les résultats d’enquêtes épidémiologiques.
Une interruption volontaire de grossesse peut être demandée par toute femme estimant que sa grossesse la place dans une situation de détresse. L’intervention peut être pratiquée jusqu’à la fin de la 12ème semaine de grossesse, soit 14 semaines après le début des dernières règles.

Consulter le dossier en ligne sur le site du ministère


Dossier_contraception_Ministere_sante_2013Dossier contraception. En ligne sur le site du ministère des Affaires sociales et de la Santé (04/02/2013)

Sous le terme « contraception » on désigne l’ensemble des moyens employés pour provoquer une infécondité temporaire chez la femme ou chez l’homme, c’est à dire les différentes méthodes qui ont pour but d’éviter une grossesse. Qu’elles agissent en bloquant l’ovulation, en empêchant la fécondation ou empêchant l’implantation d’un œuf, les méthodes contraceptives, à une exception près (méthode de stérilisation chirurgicale) sont réversibles et temporaires. La contraception est très répandue en France : parmi les femmes disposant d’une méthode contraceptive, 55% d’entre elles utilisent la pilule, 26% un stérilet et 18,5% une autre méthode. La contraception d’urgence (appelée également pilule du lendemain), est une contraception de « rattrapage ».

Consulter le dossier en ligne sur le site du ministère




Toxicomanie, Drogues Dépendances
France


drogues chiffres clés 2015Drogues, Chiffres clés. Saint-Denis : Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), 2015, 8 p. En téléchargement sur le site de l'ODT (06/20153)
Ce document de 8 pages rassemble périodiquement les indicateurs chiffrés les plus récents et les plus pertinents pour quantifier et décrire le phénomène des substances psychoactives en France. Il repose sur les enquêtes et travaux de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) ainsi que sur ceux d’autres organismes impliqués dans le champ. Drogues, Chiffres clés présente d'abord de façon synthétique les niveaux de consommation chez les adultes et les jeunes de 17 ans pour les principales substances.Des informations détaillées sur les usages, les prises en charge, les conséquences sanitaires et sociales et les trafics sont ensuite développées par produit, en donnant, à chaque fois que c'est possible, une tendance d'évolution. Les produits concernés sont le cannabis, la cocaïne, la MDMA/ecstasy, les nouveaux produits de synthèse, l'héroïne et les autres opiacés ainsi que le tabac et la cigarette électronique, l'alcool et les médicaments psychotropes.

Télécharger (au format pdf: 246 ko) Drogues Chiffres clés édition 2015 sur le site de l'OFDT


ESCAPAD_2011Les drogues à 17 ans : analyse de l’enquête ESCAPAD 2014. Tendances n°100. Saint-Denis la Plaine: Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT), 8p. En téléchargement sur le site de l'OFDT (05/2015)

Ce numéro 100 deTendances présente les évolutions des niveaux d’usage des principales substances psychoactives (licites comme illicites) depuis quinze ans en métropole, en y intégrant les données 2014 des consommations de boissons alcoolisées, de tabac et de cannabis. Il aborde ensuite, à travers différentes perspectives, des questions inédites sur les usages de la e-cigarette, de la chicha, sur l’évolution de la polyconsommation régulière et propose une estimation de la proportion d’usagers de cannabis potentiellement dépendants. Une dernière partie traite des déterminants sociaux et familiaux associés aux usages réguliers.

Télécharger (au format pdf: 1, 23 Mo) Tendances n°100 sur le site de l'OFDT

H_F_Usage_Drogues_Role_milieu_socialFrançois BECK, Stéphane LEGLEYE, Florence MAILLOCHON, Gaël de PERETTI. Le rôle du milieu social dans l'usage des substances psychoactives des hommes et des femmes. Femmes et Hommes - Regards sur la parité (édition 2008). Paris: Insee, 2008 Explorer les modes de consommation de différentes substances psychoactives permet de montrer que le rapport au produit ne se résume pas à une simple caractéristique sexuelle. Si certains produits sont plus consommés par les hommes (alcool et cannabis) et d'autres par les femmes (médicaments psychotropes), ces tendances peuvent varier suivant l'âge, le niveau d'éducation et le milieu social des personnes. Les modes de consommation apparaissent moins liés au sexe des individus qu'aux rôles sociaux qui modèlent les rapports entre hommes et femmes. Les différences de comportements entre hommes et femmes sont moins marquées dans les milieux favorisés que dans les milieux populaires, suggérant que la prévention, si elle a à gagner à prendre le genre en considération, ne peut faire l'économie d'accorder une place importante aux contextes sociaux de consommation.
Télécharger le document (format pdf) sur le site de l'Insee

Guadeloupe

ODICER_OFDTObservation des drogues pour l’information sur les comportements en régions (ODICER). En ligne sur le site de l'Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT)
L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) met en ligne le site ODICER, Observation des drogues pour l’information sur les comportements en régions, base de données présentant plus de 200 indicateurs sur les drogues aux plans régional et départemental, en France métropolitaine et dans les DOM.
Ils peuvent être étudiés ensemble ou séparément et peuvent être interrogés dans le temps et dans l’espace, sous forme de cartes, de tableaux ou encore de graphiques.
Consulter les données pour la Guadeloupe:
Consulter la base ODICER sur le site de l'OFDT


tendances 93Les drogues à 17 ans : situation dans les départements d’outre-mer. Tendances OFDT n°93, (18/07/2014)

Ce numéro de Tendances analyse les résultats des 3 dernières enquêtes ESCAPAD (2005, 2008 et 2011) à la Guadeloupe, à la Martinique et à La Réunion. Il y étudie les niveaux de consommations de produits psychoactifs tout en comparant ces données à celles recueillies en métropole. Globalement, la proportion de consommateurs de substances psychoactives apparaît plus faible que chez les jeunes de métropole.

Télécharger (au format pdf:) Tendances 93 sur le site l'OFDT

Atlas alcool 2005_Inpes_OFDTBECK F., LEGLEYE S., LE NEZET O., SPILKA S. Guadeloupe: profil synthétique In Atlas régional des consommations d'alcool 2005. Données INPES/OFDT. Saint-Denis: INPES, 2008, 261 p. (Etudes Santé Territoires) Ce premier Atlas régional des consommations d'alcool, résultat d'une collaboration entre l'INPES et l'OFDT, s'efforce de répondre à une demande croissante de données fiables au niveau local : les décideurs politiques ont besoin d'outils adaptés pour mener des actions de prévention et d'information au plus près des populations concernées. Il mobilise deux grandes enquêtes nationales qui offrent la couverture la plus étendue des usages d'alcool dans la population générale (15-75 ans) et chez les adolescents (17 ans).
En Guadeloupe, l’analyse porte sur un échantillon de 901 jeunes de 17-18 ans. Il n’existe pas de données sur les consommations d’alcool en population générale adulte portant sur ce territoire.
Télécharger l'Atlas (au format pdf) sur le site de l'OFDT



Service Documentation

Instance Régionale d'Education et de Promotion de la Santé
6 Résidence casse, rue Daniel Beauperthuy, 97100 Basse-Terre
Tél. : 05 90 41 09 24 - Fax : 05 90 81 30 04

Site internet : www.ireps.gp - Courriel : ireps@ireps.gp