Ireps

Semaine_gout

La Semaine du Goût  édition 2016

"L'occasion de célébrer et de réapprendre le goût partout en France."




SELECTION INDICATIVE (OUVRAGES, RAPPORTS, ETUDES) AUTOUR DU THEME

DE L’ALIMENTATION ET DE LA NUTRITION

ISSUE DE LA VEILLE DOCUMENTAIRE





Généralité, Alimentation, Nutrition




Sciences et santé n°32-2016Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM). Le goût : Ami ou ennemi de notre équilibre nutritionnel (dossier). In Science & santé n°32, septembre/octobre 2016, pp. 24-35. En téléchargement (au format pdf: 14, 8 Mo) sur le site de l'INSERM (07/09/2016)
Sucré, salé, acide ou amer, le goût nous permet d’apprécier les saveurs des aliments : un système complexe qui nous permet de réguler notre alimentation tout en nous procurant du plaisir, beaucoup de plaisir. Parfois tellement qu’il peut conduire à des comportements alimentaires délétères et nous rendre malades ! 





Economie et statistiques n° 486/ 487COUDIN Elise, SOULETIE Arthur, Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Obésité et marché du travail : les impacts de la corpulence sur l’emploi et le salaire. In Economie et statistiques n°486-487, 2016, pp. 79-102. En téléchargement (au format pdf: 843 ko) sur le site de l'INSEE (juillet 2016)
À niveau équivalent de compétences, les femmes obèses ont moins souvent un emploi que celles qui ne le sont pas (7 points de probabilité en moins d’avoir un emploi). Au contraire, chez les hommes, un indice de masse corporelle plus élevé est associé à une probabilité légèrement plus élevée d’avoir un emploi. Les salaires des hommes et des femmes obèses ne sont pas différents de ceux des personnes non obèses, et ce tout au long de l’échelle des salaires, mais un indice de masse corporelle plus élevé est associé à une très légère baisse du salaire chez les femmes (‑0,3%). Cette moindre performance des femmes obèses sur le marché du travail peut à la fois refléter une productivité plus faible, une discrimination supposée ou subie, des préférences qui diffèrent de celles des femmes non obèses et qui influencent l’emploi, le salaire et la corpulence de manière jointe, et enfin la simultanéité du lien entre corpulence et emploi ou salaire.






Icofaswww.icofas.fr : Intervenir pour des comportements nutritionnels favobales à la santé
ICOFAS est un site interactif qui propose des activités artistiques et culturelles en nutrition pour les professionnels des temps périscolaires et scolaires afin de donner les éléments clés à la mise en œuvre pratique d’actions d’éducation nutritionnelle destinées aux enfants de la maternelle à la fin de l’école élémentaire. Les activités artistiques et culturelles en nutrition peuvent favoriser des comportements en alimentation et en activité physique favorables à la santé tout en promouvant les produits et ressources locaux. Les activités intègrent à la fois les dimensions de l’alimentation et de l’activité physique avec des moyens pédagogiques artistiques et culturels.

Consulter le site ICOFAS


Voir la vidéo de présentation








Environnement social  asocié à la masse corporelle des enfantsInstitut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM). L’environnement social associé à la masse corporelle des enfants (dossier). En ligne sur le site de l'INSERM (06/2016)
Grandir dans un environnement social favorable est propice à un rapport poids-taille équilibré, et ce indépendamment de la masse corporelle des parents qui est pourtant prédictive de celle de leur progéniture. C’est ce que montre une équipe Inserm dont les travaux incitent à une modification rapide de certains facteurs environnementaux.






Santé publique n°1 supplément vol.28 - Janvier 2016: Activités physiques et santéActivités physiques et santé (dossier). Santé Publique vol. 28, n°1 supplément mars-avril 2016. En ligne sur Cairn (mai 2016)
Après avoir exploré la place qu’occupent les activités physiques dans les politiques publiques, ce dossier fait découvrir plusieurs expériences de promotion de l’activité physique aux différents âges et lieux de vie ainsi que le rôle qu’elle peut tenir dans la gestion des pathologies. Enfin, le regard portera sur la dimension territoriale et les dynamiques professionnelles dans ce champ.

Consulter le numéro sur Cairn





Arrêté garantir qualité de l'offre alimentaire en OutremerArrêté du 9 mai 2016 portant application de la loi n° 2013-453 du 3 juin 2013 visant à garantir la qualité de l'offre alimentaire en outre-mer. In JORF n°1019 du 24/05/2016. En ligne sur Légifrance (mai 2016)
La loi n°2013-453 du 3 juin 2013 dite loi Lurel a pour objectif de réduire les taux de sucre des produits manufacturés et vendus dans les régions d'outre-mer, ainsi que les dates limites de péremption. Cet arrêté vient préciser pour les produits fabriqués localement que "la teneur en sucres ajoutés des denrées alimentaires de consommation courante appartenant aux familles précisées ci-dessous, distribuées au consommateur final mais non distribuées par les mêmes enseignes en France hexagonale, ne peut pas être supérieure à la teneur en sucres ajoutés la plus élevée constatée dans les denrées alimentaires assimilables de la même famille les plus distribuées en France hexagonale: a) Les boissons rafraîchissantes sans alcool/b) Les produits laitiers et assimilés/c) Les biscuits et gâteaux/d) Glaces et sorbets/ e) Les céréales du petit-déjeuner/ f) Les barres céréalières/ g) Chocolats et barres chocolatées. »

Télécharger le document






Etude Epifane 2012-2013Institut de veille sanitaire (InVS), SALANAVE Benoît, DE LAUNAY Catherine, BOUDET-BERQUIER Julie et al. Alimentation des nourrissons pendant leur première année de vie. Résultats de l’étude Epifane 2012-2013. Saint-Maurice:  Institut de veille sanitaire (InVS), avril 2016, 58 p. En téléchargement (au format pdf: 1,68 Mo) sur le site de l'InVS (28/04/2016)
Dans le cadre de la mise en place d'un système national de surveillance de l'alimentation des enfants durant leur première année de vie, l'étude Epifane (Épidémiologie en France de l'alimentation et de l'état nutritionnel des enfants pendant leur première année de vie) a été réalisée, en 2012-2013, sur un échantillon de 3 368 couples mère-enfant recrutés dans 136 maternités tirées au sort en France métropolitaine. Les mères étaient interrogées à la maternité et à 1, 4, 8 et 12 mois. Outre la description des données d'inclusion et de l'attrition au cours du suivi, ce rapport fournit, pour la première fois au niveau national, un ensemble complet d'indicateurs sur l'alimentation des nourrissons.





Etudes & résultats 958Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES), VILAIN Annick. Deux nouveau-nés sur trois sont allaités à la naissance. In Etudes et résultats n° 958, avril 2016, 6 p. En téléchargement (au format pdf: 2,9 Mo) sur le site du ministère de la santé (19/04/2016)
En 2013, la part des nourrissons allaités à la naissance s’élève à 66 %. Elle n’est plus que de 40 % à 11 semaines, 30 % à 4 mois et 18 % à 6 mois.
Si la pratique de l’allaitement a beaucoup progressé depuis les années 1990, elle est stable depuis une dizaine d’années et se situe à un niveau inférieur à celui de nombreux pays voisins. Les disparités locales sont fortes, avec des taux beaucoup plus élevés en Ile-de-France, dans l’est de la France et dans les départements d’outre-mer.
Toutes choses égales par ailleurs, l’allaitement est plus fréquent parmi les femmes de 30 ans ou plus, diplômées et de catégorie socioprofessionnelle supérieure. Les femmes qui fument allaitent moins souvent, tandis que celles qui ont accouché à domicile ou dans une maternité de type 3 et celles qui ont suivi des séances de préparation à l’accouchement le pratiquent davantage. Les femmes qui allaitent le plus longtemps sont souvent âgées de 30 ans ou plus, sont cadres ou inactives, avec plusieurs enfants au foyer.







Comment faire mieux ?Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), LE BODO Yann, BLOUIN Chantal, DUMAS Nathalie et al. Comment faire mieux ? L’expérience québécoise en promotion des saines habitudes de vie et en prévention de l’obésité. Québec: Presses de l'Université de Laval (PUL), 2016, 355 p. En téléchargement (au format pdf: 2,8 Mo) sur le site de l'INSPQ (2016)
Devant l’augmentation de la prévalence des maladies chroniques, de l’embonpoint et de l’obésité, le Québec a déployé de nombreux efforts au cours des dernières années. Alors que le Plan d’action gouvernemental (PAG) de promotion des saines habitudes de vie et de prévention des problèmes reliés au poids est arrivé à son terme en 2012, que le partenariat de Québec en Forme arrive à échéance en 2017 et qu’un nouveau Programme national de santé publique (PNSP) est en préparation, nous nous trouvons à un moment charnière. Comment le Québec pourrait-il faire mieux ? est la question fondamentale que se posent actuellement de nombreux intervenants et experts. [4ème de couverture]





Réduire mes déchets, nourrir la terreAssociation Passerelle. Réduire mes déchets, nourrir la Terre (module pour les élèves de 3 à 15 ans). En ligne sur le site mesdechets.passerelles.info (mars 2016)
"Réduire mes déchets, nourrir la Terre" est 'un module d'activité proposé par l'association Passerelles.info, qui rassemble 7 à 10 séances comprenant des fiches à destination des élèves et des éclairages scientifiques et pédagogiques. Après avoir abordé en détail le tri sélectif, le guide présente la part biodégradable des déchets, les biodéchets. Les élèves peuvent aussi découvrir l’intérêt écologique et économique du compostage comme celui du lombricompostage.
3 thèmes pour une alimentation durable:
•  Le tri sélectif des déchets (est-ce important ? Que deviennent-ils ?)
• Les biodéchets, sols et vers de terre (que trouve-t-on dans la terre, quels animaux ?)
• Les biodéchets et le compostage (lombricomposteur à l'école, les plantations...)






Etudes et rapports PNNSEtudes et rapports dans le cadre du PNNS. En ligne sur le site du Ministère des affaires sociales et de la Santé (06/03/2016)
Le ministère des affaires sociales et de la santé propose sur son site un panorama des études et rapports dans le cadre du PNNS.





Actualisation repères pnns ansesAgence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). Actualisation des repères du PNNS. Révisions des repères relatifs à l’activité physique et à la sédentarité. (ANSES), 02/2016, 549 p. En téléchargement (au format pdf: 5,9 Mo) sur le site de l'ANSES (février 2016)
Le Programme national nutrition santé (PNNS) vise à améliorer l’état de santé de la population en agissant sur les déterminants majeurs de la nutrition que sont l’alimentation et l’activité physique. L’Anses a été saisie par la Direction générale de la santé afin d’actualiser... Le rapport et l’avis publiés démontrent les effets favorables de l’activité physique et de la réduction de sédentarité en matière de prévention d’un grand nombre de pathologies chroniques. Ainsi, l’Agence recommande la réduction des comportements sédentaires et la pratique d’activités physiques, dans tous les contextes de vie et à tous les âges. Le développement d’espaces réservés aux piétons et aux cyclistes, la promotion des modes de transport collectifs, l’organisation du temps de travail et du temps scolaire permettraient notamment d’atteindre cet objectif.





kit pédagogique contre le gaspillage alimentairePrésentation d'un kit pédagogique contre le gaspillage alimentaire à la disposition des établissements scolaires. En ligne sur le site de la Direction régionale de l'environnement de l'aménagement et du logement (DREAL) du Limousin (mise à jour février 2016)
Cet outil réalisé par l'union nationale des mutualités socialistes (Bruxelles) est destiné à travailler les questions de l’alimentation avec un public adulte, avec des supports d’animation qui ont été pensés pour être accessibles aussi à un public peu alphabétisé. Il a pour objectifs de faire réfléchir aux déterminants (freins et leviers) de l’accès à une alimentation de qualité, d'envisager les possibles et les limites au changement, d'expérimenter de nouvelles attitudes, de déculpabiliser par rapport aux messages normatifs de santé publique, de débattre avec les participants de leurs moyens d’action. L'outil est construit autour d'un guide qui propose des repères théoriques et 6 modules pour mettre en place un parcours d'animation complet.





Loi du 11 février 2016 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaireLa loi   n° 2016-138 du 11 février 2016 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire In JORF n°0036 du 12 février 2016   texte n° 2. En ligne sur Légifrance (février 2016)
"La lutte contre le gaspillage alimentaire implique de responsabiliser et de mobiliser les producteurs, les transformateurs et les distributeurs de denrées alimentaires, les consommateurs et les associations. Les actions de lutte contre le gaspillage alimentaire sont mises en œuvre dans l'ordre de priorité suivant : 
« 1° La prévention du gaspillage alimentaire ; 
« 2° L'utilisation des invendus propres à la consommation humaine, par le don ou la transformation ; 
« 3° La valorisation destinée à l'alimentation animale ; 
« 4° L'utilisation à des fins de compost pour l'agriculture ou la valorisation énergétique, notamment par méthanisation. 
« La lutte contre le gaspillage alimentaire comprend la sensibilisation et la formation de tous les acteurs, la mobilisation des acteurs au niveau local et une communication régulière auprès des consommateurs, en particulier dans le cadre des programmes locaux de prévention des déchets."












Politiques, Plans, Programmes










rapport lutte contre le gaspillage alimentaireGAROT Guillaume. Lutte contre le gaspillage alimentaire : propositions pour une politique publique. Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, 04/2015, 51 p. En téléchargement (au format pdf) sur le site de la documentation française (avril 2015)
Dans le cadre de la lutte contre le gaspillage alimentaire, le Premier ministre a confié à Guillaume Garot, Député, une mission visant à identifier les freins qui persistent tout au long de la chaîne alimentaire et de proposer des adaptations du cadre législatif et réglementaire. A l'issue de la mission les principales propositions sont les suivantes : rendre obligatoire le don des invendus alimentaires consommables à toute association caritative habilitée qui en fait la demande ; interdire la destruction systématique par les industriels de l'agroalimentaire des produits consommables des marques de la grande distribution et en permettre le don à des associations ; promouvoir l'utilisation du doggy bag, par une campagne nationale ; organiser des assises territoriales de la lutte contre le gaspillage alimentaire ; introduire le principe de hiérarchie de la prévention du gaspillage alimentaire dans la loi sur la transition énergétique.
Consulter (au format pdf) le rapport sur le site de la Documentation française (avril 2015)





Plan alimentation 2014La France dévoile sa nouvelle politique de l’alimentation: Alimentation. Notre modèle a de l'avenir. Une politique publique de l'alimentation pour l'avenir. Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, octobre 2014, 16p. En téléchargement sur le site du ministère (09/10/2014)
Le ministre de l’Agriculture en France vient de déposer une nouvelle politique de l’alimentation afin de renforcer l’intervention publique en matière de nutrition.
Celle-ci s’articule autour de 4 axes principaux :

  • La justice sociale en offrant une aide alimentaire aux plus démunis et en éduquant la population à l’alimentation au moyen d’ateliers culinaires, de jardins collectifs, etc.
  • L’éducation alimentaire de la jeunesse, notamment en milieu scolaire.
  • La lutte contre le gaspillage alimentaire.
  • L’ancrage territorial et la mise en valeur du patrimoine en misant sur les productions alimentaires locales.
Les actions menées mettront à contribution toutes les sphères gouvernementales en partenariat avec divers acteurs de la chaîne alimentaire.Afin de répondre aux objectifs de la politique, un appel à projets invite les acteurs publics et privés à proposer des initiatives d’ici la fin de l’année. En février 2015, 600 000 € seront distribués pour soutenir les initiatives retenues.
Cette politique s’inscrit dans le cadre de la Loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt.

Télécharger les nouvelles orientation de la politique dalimentaire sur le site un ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaireet de la forêt





PNA rapport au parlement 2013Le Programme national pour l'alimentation (PNA) : rapport au Parlement - Juillet 2013. Paris: Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, 2014-09, 135 p. En ligne sur Internet (16/09/2014)
Le présent rapport dresse un bilan au terme des trois premières années de mise en oeuvre du Programme national pour l'Alimentation (PNA) et a pour objectif de retracer les avancées réalisées. Le parti a été pris de ne pas réaliser un état des lieux exhaustif des actions, compte tenu de leur grand nombre et de leur diversité, mais de dresser un bilan global par thématiques (éduquer, informer et comprendre ; améliorer l'accessibilité à l'alimentation pour tous ; préserver et promouvoir le patrimoine ; améliorer la qualité ; tendre vers une alimentation durable ; promouvoir la recherche), agrémenté d'illustrations régionales.

Consulter le document sur le site de la Documentation française






lutte contre l'obésité infantile UECombattre l'obésité infantile: plan d’action 2014 -2020 de l’Union européenne (en anglais) = EU Action Plan on Childhood Obesity 2014-2020. Union européenne, 2014, 68 p. En ligne (mars 2014)
Dans ce plan, 8 secteurs d’intervention pour lesquels est détaillée une série d’actions concrètes inspirantes pouvant être mises sur pied :
  • Soutenir un bon départ dans la vie : en donnant des outils aux femmes enceintes et aux intervenants de la santé pour adopter une saine alimentation et encourager l’allaitement maternel.
  • Développer le goût pour les aliments nutritifs chez les enfants au sein des écoles et des garderies, encourager la consommation d’eau et l’activité physique.
  • Faire en sorte que l’option santé devienne l’option facile : en offrant des fruits et des légumes abordables, attrayants et faciles à cuisiner pour les familles occupées.
  • Restreindre la publicité et le marketing aux enfants non seulement à la télévision, mais à l’intérieur des magasins, sur internet ou lors d’activités sociales.
  • Mieux informer les familles sur les moyens de varier ou de changer leur alimentation, par exemple en facilitant la compréhension de l’information nutritionnelle des aliments.
  • Encourager les activités physiques le plus tôt possible dans l’enfance, par exemple en modifiant les infrastructures urbaines pour adopter un transport actif (marche, vélo).
  • Évaluer régulièrement l’alimentation et le niveau d’activité des jeunes, afin de développer des actions directes et ciblées pour chaque pays et dans chaque communauté.
  • Augmenter la recherche de façon à implanter des projets innovants et adaptés à la réalité de chaque communauté pour contrer l’obésité chez les jeunes.
Le succès de ce plan d’action dépend de 3 types d’acteurs : les pays membres de l’Union Européenne, la Commission européenne et les organisations internationales telles que l’OMS, mais aussi la société civile, comme les familles, les consommateurs, l’industrie et les universités ou les instituts de recherche.
D'après le résumé Blogue Veille Action (07/03/2014)

Télécharger le Plan 2014-2020 sur le site de l'Union Européenne





Maaf Priorités alimentationPolitique de l'alimentation (PNA) : Les priorités du gouvernement. Actualité Ministère de l'agriculture de l'agroalimentaire et de la forêt (16/01/2013)
Cet article disponible sur le site alimentation.gouv.fr actualisé le 16 janvier 2013 présente les orientations du gouvernement français en matière d'alimentation.





 PNNS_PO_Outre_mer

Déclinaison du Programme national nutrition santé (PNNS) et du Plan Obésité (PO) à destination des populations d’Outre-mer. Paris: Ministère des Affaires Sociales et de la Santé. En téléchargement (format pdf: 472.9 ko) sur le site du ministère chargé de la santé (14/04/2012)

Ce document intègre les recommandations de l’Inspection générale des affaires sociales en date d’avril 2010, relatives à l’évaluation du Programme national nutrition-santé PNNS 2006-2010.

http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/PNNS_plan_obesite_DOM.pdf


PNNSProgramme national nutrition santé 2011-2015. Paris : Ministère du travail, de l’emploi et de la santé, 2011, 63 p. En téléchargement (format Pdf) sur le site du ministère de la santé  Le nouveau Programme national nutrition santé fait suite à celui initié en 2001 et poursuivi en 2006, qui a constitué un cadre de référence propice à la mobilisation et à la mise en œuvre de nombreuses actions. Ce nouveau plan déploie une vingtaine de mesures autour de cinq axes stratégiques : réduire les inégalités sociales de santé par des actions spécifiques, développer l’activité physique et sportive, organiser le dépistage et la prise en charge de la dénutrition, valoriser les PNNS comme référence.http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/PNNS_2011-2015.pdf






POPlan obésité 2010-2013. Paris : Ministère du travail, de l’emploi et de la santé, 2011, 42 p. En téléchargement (format pdf) sur le site du ministère de la santéLa Plan obésité, qui complète et s’articule au PNNS, est initié conformément aux engagements du Président de la République, afin d’enrayer la progression de cette maladie dans notre pays. Ce plan s’articule autour de quatre axes majeurs : le développement d’une offre de soins organisée et d’un dépistage amélioré, la mise en œuvre d’actions de prévention, la lutte contre la vulnérabilité et la discrimination des personnes obèses, le développement de recherches transdisciplinaires sur ce problème de santé.http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Plan_Obesite_2010_2013.pdf




Eval PNNS 2Evaluation du Programme National Nutrition Santé (PNNS 2006-2010). JOURDAIN MENNINGER, Danièle, LECOQ, Gilles, GUEDJ, Jérôme, et al.- Paris: Inspection générale des affaires sociales (IGAS)/ Conseil général de l'alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux (CGAAER), avril 2010 .- 340 p.
Il a été prévu dès la mise en place du programme national nutrition santé 2006-2010 dit aussi PNNS2 de mettre en oeuvre initialement en 2010 une évaluation externe. Le ministre de la santé et des sports a demandé le 24 juin 2009 à l'IGAS de réaliser cette évaluation. Le ministre de l'alimentation, de l'agriculture et de la pêche a, par lettre du 20 août 2009, invité le CGAAER à prêter son concours à cette mission d'évaluation du PNNS.

Télécharger le  rapport sur le site de la Documentation française





Textes de lois, recommandations, règlementation




recommandation sel OMSStratégies pour réduire le sel dans l’alimentation : les recommandations de l’OMS. Aide mémoire n°393. Actualité OMS (septembre 2014)
L'OMS (Organisation mondiale de la Santé) vient de publier ses recommandations afin de réduire de 30 % la consommation de sel de la population mondiale d’ici 2025.

Voici quelques stratégies recommandées par l’OMS pour réduire le sel dans l’alimentation.

Aux gouvernements :
Élaborer des politiques publiques et des mesures fiscales qui garantissent la production et la mise en vente d’aliments plus sains.
Établir une collaboration avec le secteur privé pour améliorer l’accessibilité et la disponibilité des produits réduits en sel.
Sensibiliser les consommateurs aux effets d’une alimentation trop salée par le marketing social.
Aux industries alimentaires :
Réduire progressivement les teneurs en sel dans les aliments transformés, de façon à ce que les consommateurs s’adaptent au goût et ne les remplacent pas par d’autres.
Réduire le sel dans les repas servis dans les restaurants et les services de restauration.
Aux communautés et aux familles, encourager les bonnes pratiques, entre autres :
Éviter de mettre une salière sur la table.
Limiter la consommation d’aliments transformés et les grignotines salées.
Choisir des produits pauvres en sodium.
Éduquer les enfants et créer un milieu favorable pour qu’ils adoptent très tôt une alimentation peu salée.
La plus grande partie du sel consommé provient des aliments transformés. La majorité des gens consomment trop de sel, en moyenne deux fois l’apport maximum recommandé qui est moins de 5 g par jour pour un adulte, soit un peu moins d’une cuillérée à thé.

Selon l’OMS, réduire l’apport en sel représenterait l’une des mesures ayant le meilleur rapport coût/efficacité pour les pays qui visent à améliorer la santé de leurs populations.
On estime que ramener la consommation de sel au taux recommandé pourrait éviter près de 2,5 millions de décès chaque année, de même que d’énormes coûts de santé reliés à l’hypertension artérielle et aux maladies cardiovasculaires.

Consulter l’aide-mémoire de l’OMS Réduction du sel





manque équite face surpoids et obésitéOrganisation mondiale de la santé (OMS), LORING Belinda, ROBERTSON Aileen. Manque d'équité face à l'obésité. Recommandations pour lutter contre le manque d'équité face au surpoids et à l'obésité (en anglais) = Obesity and inequities. Guidance for addressing inequities in overweight and obesity. Organisation mondiale de la santé (OMS), 2014, 35 p. En ligne sur Internet (05/2014)
Les indicateurs de santé de la population ont enregistré une amélioration dans toute l'Europe. Pourtant, cette amélioration n'a pas été la même partout, et n'a pas été ressentie par tous. Cet ouvrage sur l'obésité fait partie d'une série de synthèses qui décrivent des mesures concrètes pour lutter contre le manque d'équité, dans le domaine sanitaire, face à l'une des problématiques prioritaires de la santé publique auxquelles est confrontée l'Europe, les autres étant le tabac, l'alcool et les traumatismes. Cette série de synthèses est complétée par un guide expliquant comment envisager globalement la lutte contre le manque d'équité en matière de santé. Cette synthèse procure aux décideurs et professionnels de la santé publique les outils et conseils nécessaires pour concrétiser la vision de Santé 2020 – le nouveau cadre politique européen de la santé élaboré par l’OMS/Europe – ainsi que les recommandations de l’Étude sur les déterminants sociaux de la santé et la fracture sanitaire dirigée par le professeur Michael Marmot et son équipe. Cette synthèse propose une structure que les décideurs aux niveaux national, régional et local peuvent appliquer au contexte qui leur est propre, pour les aider à étudier les processus qui amènent un manque d'équité, et pour suggérer des politiques de lutte contre ces phénomènes.
Télécharger le document sur le site de l'OMS)






inegalites sociales alim et activite phisiqueInstitut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM). Pôle expertise collective ITMO Santé publique - Aviesan. Inégalités sociales de santé en lien avec l’alimentation et l’activité physique. Une expertise collective de l’Inserm. Paris: INSERM, avril 2014, 588 p. En ligne sur le site de la Documentation française
Ce rapport présente les travaux du groupe d'experts réunis par l'Inserm dans le cadre de la procédure d'expertise pour répondre à la demande de la Direction générale de la santé concernant les stratégies de réduction des inégalités sociales de santé en lien avec l'alimentation et l'activité physique. Ce travail s'appuie essentiellement sur les données issues de la littérature scientifique disponible fin 2012. Près de 1 900 documents ont été rassemblés à partir de l'interrogation de différentes bases de données (Medline, Web of science, Scopus et Pascal). Le Pôle Expertise collective de l'Inserm, rattaché à l'Institut thématique multi-organismes Santé publique, a assuré la coordination de cette expertise.
Télécharger le rapport sur le site de la documentation française





Rapport cese alimentation équilibréeDAMIEN Thierry. Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE). Favoriser l’accès pour tous à une alimentation de qualité, saine et équilibrée. Conseil économique et social, 2014, 73 p. En ligne sur le site du CESE (janvier 2014)
Depuis les années soixante, les modes de vie des Français ont connu de profondes mutations qui ont entraîné des transformations importantes de leurs comportements alimentaires. Alors qu'aujourd'hui 6 millions de Français sont en situation d' « insécurité alimentaire », le CESE estime indispensable d'actionner simultanément des leviers diversifiés mais complémentaires, pour permettre à chacun de disposer d'une alimentation de qualité, saine et équilibrée, à des prix socialement acceptables. Le Conseil présente ainsi une série de recommandations visant à : renforcer l'efficacité des politiques publiques relatives à l'alimentation ; améliorer la composition nutritionnelle des produits, éclairer les choix des consommateurs et assurer la sécurité sanitaire ; permettre l'accès des plus démunis à une alimentation équilibrée ; développer l'information et l'éducation autour de l'alimentation ; répondre aux enjeux de la restauration collective ; valoriser les produits de qualité et renforcer les liens avec les territoires.
En téléchargement (au format PDF) sur le site du Conseil Economique , Social et Environnemental
Synthèse en téléchargement





recueilRecueil de recommandations de bonnes pratiques d’hygiène à destination des consommateurs. Paris : Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, 2013, 78 p. En téléchargement sur le site du ministère de l'agriculture (octobre 2013)
Comment faut-il ranger son frigo ? En quelle matière faut-il choisir sa planche à découper ? Pourquoi faut-il bien cuire son steak ? Quels aliments les femmes enceintes doivent-elles éviter ? Jeudi 3 octobre 2013, la Confédération Syndicale des Familles (CSF), Familles Rurales et l’association Léo Lagrange pour la Défense des Consommateurs, aux côtés de la Direction générale de l’Alimentation du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, ont présenté le guide de bonnes pratiques d’hygiène à destination des consommateurs.
Télécharger (au format pdf: 2,5 Mo) le document sur le site du ministère














Prévention, Campagne/ Dossiers d’information




Influence pub InpesQuelle est l’influence de la publicité sur les préférences alimentaires des enfants ? (dossier). Actualité Inpes (30/04/2015)
Après avoir organisé, en collaboration avec l'université de Liverpool, un séminaire sur «L'impact du marketing alimentaire sur les modes de consommation des enfants» en mars 2014, l’Inpes a commandité une étude à deux intervenantes du séminaire : Amandine Garde, professeur de droit à l’université de Liverpool et Marine Friant-Perrot, maître de conférences à l’université de Nantes, dont les travaux s’interrogent notamment sur cette question. Après avoir rappelé l’évolution des taux de surpoids et d’obésité en France, cette étude dresse un bilan des recherches établissant l’existence d’un lien direct entre le marketing pour des produits alimentaires « peu sains » et les comportements alimentaires des enfants. Elle analyse ensuite comment différents pays ont réglementé le marketing alimentaire en direction des enfants afin de prévenir le surpoids et l’obésité infantiles, en évaluant ces expériences au regard des recommandations de l’OMS sur la commercialisation des aliments et des boissons non alcoolisées destinée aux enfants. Les auteures s’interrogent enfin sur les différents arguments susceptibles de justifier les restrictions du marketing alimentaire. Par ailleurs, elles interrogent l’opportunité de restreindre le marketing pour les produits alimentaires peu sains sans tenir compte du rôle de l’étiquetage de ces produits et les formes simplifiées d’information nutritionnelle. Ces derniers pourraient en effet favoriser des choix alimentaires plus sains et contribuer aussi à la prévention et au contrôle de l’obésité en France.
Consulter l'article en ligne sur le site de l'INPES





ma cuisine ma santéMa cuisine, ma santé : Plus de 300 recettes santé pour toute la famille. En ligne sur Internet (mars 2015)
La Fondation PiLeJe, en partenariat avec l’agence de presse Destination santé,  propose une grande rubrique de cuisine santé : Ma cuisine – Ma santé avec plus de 400 recettes élaborées par des chefs cuisiniers engagés ainsi que des menus équilibrés d’une journée conçus par un médecin nutritionniste.
Sans oublier de nombreux conseils, focus et recommandations utiles pour le plaisir de toute la famille.
Alimentation sans gluten, recettes minceur, cuisine rapide : un moteur de recherche permet de sélectionner les recettes selon ses besoins et ses envies ! Pour accéder à la rubrique « Ma cuisine, Ma santé ».
Consulter le site Internet Ma cuisine, ma santé





Guide ONE 2014Chouette, on passe à table ! Office de la Naissance et de l'Enfance (ONE), 2014, 68 p.
Ce guide constitue un outil d’aide aux professionnels des milieux d’accueil afin d’offrir aux enfants des menus variés et équilibrés, tout en gardant à l’esprit ces maîtres mots : plaisir, découverte et convivialité.
Télécharger le document sur le site de l'Office de la Naissance et de l'Enfance (ONE)





obésité économie préventionL'obésité et l'économie de la prévention : objectif santé, indicateurs-clés, mise à jour 2014. Organisation de coopération et de développement économiques, 2014, 4 p. En ligne sur Internet
Les taux d’obésité et de surpoids en France sont parmi les plus bas de l’OCDE, mais ils ont augmenté de façon régulière. Environ une personne sur 8 est obèse en France, et 40 % de la population est en surpoids (y compris obèse). Les données les plus récentes montrent que la proportion d’adultes en surpoids a augmenté un peu plus vite que les anciennes projections de l’OCDE (celles-ci avaient prédit une croissance du taux de surpoids de 1.3% par an jusqu’en 2020, supposant que les tendances passées observées sur le long terme continueraient de croître sans relâche). Les taux d’obésité ont-eux augmenté plus fortement que les anciennes projections.


Consulter le document sur le site de l'OCDE






Le meilleur du Pic NiqueInstitut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES). Le meilleur du pique-nique et du barbecue : des recettes faciles et gourmandes. Saint-Denis: INPES, 2014, 42 p. En ligne sur le site Manger bouger (juin 2014)
En ligne sur le site Mangerbouger.fr des recettes simples à faire et gourmandes pour profiter des joies du pique-nique et du barbecue.

Consulter le document sur le site Mangerbouger.fr





Guide trouble alimentation luciolesRéseau Lucioles. Troubles de l’alimentation et handicap mental sévère : Pratiques. Document à destination des professionnels intervenant en établissements et services médico-sociaux et des familles. Réseau Lucioles, 2014, 197 p. En ligne sur Internet
Cet ouvrage apporte des informations pratiques pour identifier les troubles de l'alimentation, connaitre leurs causes et conséquences et propose de nombreuses pistes de solutions.  Il met à la disposition de tous une information concrète et des témoignages de parents et professionnels pour mieux accompagner les personnes confrontées aux troubles de l’alimentation particulièrement lorsqu’elles ont un handicap mental sévère.

Télécharger le guide en ligne sur le site du réseau Lucioles






PAILancement de la onzième édition du Programme alimentation et insertion (PAI). Actualité Ministère de l'agriculture, de l'alimentation de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire (29/01/2014)
Créé en 2003 avec le soutien de l’Association Nationale des Industries Alimentaires (ANIA), du CNIEL (Interprofession laitière), de la fondation Nestlé, du secrétariat d’Etat au logement et du ministère de l’agriculture, le Programme alimentation et insertion (PAI) repose sur deux principes fondateurs : sensibiliser les personnes recourant à l’aide alimentaire à l’équilibre alimentaire et créer du lien social. Au-delà de l’aide alimentaire et de la distribution d’aliments, le PAI a pour objectif de faire passer des messages sur l’alimentation à des personnes vulnérables sur le plan financier ou psychosocial, plus touchées généralement par les pathologies liées à l’alimentation.

Chaque année, plus de 6 000 associations d’aide alimentaire participent au PAI et plus d’un million de personnes en difficulté ayant recours à l’aide alimentaire en bénéficient.

Affiches et Calendriers "Tous à table" calendrier affichesLes messages sont véhiculés par des calendriers de recettes et des affiches « Tous à table » réédités chaque année, et mettent en valeur des produits simples, bases de la cuisine, distribués par les structures d’aide alimentaire. Chaque recette du calendrier est proposée par une association ou un lycée, et a été sélectionnée parmi plus de 1000 pour illustrer le calendrier du PAI.








Epidémiologie, Comportements




Insee Première n°1568 - 2015Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), LAROCHETTE Brigitte, SANCHEZ-GONZALEZ Joan. Cinquante ans de consommation alimentaire: une croissance modérée, mais de profonds changements. In Insee Première n°1568, octobre 2015, 4p. En téléchargement (au format pdf) sur le site de l'INSEE (09/10/2015)
Depuis 1960, les ménages consacrent à l'alimentation une part de plus en plus réduite de leur dépense de consommation : 20 % en 2014 contre 35 % en 1960. En cinquante ans, la consommation alimentaire par habitant a malgré tout augmenté régulièrement en volume, mais moins rapidement que l'ensemble de la consommation. La composition du panier alimentaire s'est par ailleurs modifiée. La viande, les fruits et légumes, les pains et céréales et les boissons alcoolisées progressent moins vite que les autres produits alimentaires. Ils cèdent notamment du terrain aux produits transformés et aux plats préparés. La hausse du pouvoir d'achat des ménages, l'évolution contrastée des prix des différents produits et la baisse du temps consacré à la cuisine contribuent à la modification des pratiques alimentaires. Enfin, la consommation d'alcool au domicile devient plus occasionnelle ; elle intègre en outre de plus en plus d'alcools forts et de vins de qualité supérieure. Les prix pratiqués dans les cafés et restaurants s'accroissent sensiblement plus vite que ceux de l'alimentation à domicile.
Télécharger Insee Première n°1568, octobre 2015 sur le site de l'Insee





Article BEH 29 sept 2015Institut de veille sanitaire (InVS), WAGNER Sandra, KERSUZAN Claire et al. Durée de l’allaitement en France selon les caractéristiques des parents et de la naissance. Résultats de l’étude longitudinale française Elfe, 2011. In Bulletin épidémiologique hebdomadaire n°29, 09/2015, pp. 522-532. En téléchargement (au format pdf) sur le site de l'InVS (22/09/2015)
À partir des données de l’étude Elfe (Étude longitudinale française depuis l’enfance), le premier objectif de ce travail était de décrire, sur un large échantillon représentatif des naissances en France métropolitaine en 2011, la durée totale de l’allaitement (durée pendant laquelle l’enfant reçoit du lait maternel quels que soient les autres aliments ou boissons associés), puis de distinguer celle de l’allaitement prédominant (le seul lait reçu par l’enfant est le lait maternel). Le second était d’identifier les facteurs socioculturels, démographiques et économiques associés à la durée d’allaitement.
Télécharger l'article sur le site de l'InVS





Article BEH 24-25 juillet 2015Score de qualité nutritionnelle des aliments de la Food Standards Agency appliqué aux consommations alimentaires individuelles des adultes en France. In Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) n° 24-25, 07/2015, pp. 466-475. En téléchargement (au format pdf) sur le site de l'InVS) - (07/07/2015)
En France, la mise en place d’un système d’information nutritionnelle simplifiée basé sur le score de qualité nutritionnelle élaboré au Royaume-Uni par la Food Standards Agency (FSA) est actuellement en discussion. L' objectif était de mesurer la pertinence de l’application du score FSA aux comportements alimentaires individuels afin de quantifier les apports en aliments et en nutriments favorables à la santé ou non chez les adultes en France.
Télécharger l'article sur le site de l'InVS





Dossier repas Inserm 2015Cinq façons de prendre ses repas en France. Actualité Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), 2015. En ligne sur le site de l'INSERM (31/03/2015).
Si le modèle français des trois repas par jour est toujours majoritairement suivi, bien des divergences peuvent être observées dans la façon dont ils sont pris. Une équipe Inserm a identifié cinq groupes de populations aux habitudes différentes : lieux des repas, heures, activités associées... Un nouveau point de départ pour orienter les bons messages de santé publique vers les bonnes personnes.

Consulter l'article en ligne sur le site de l'INSERM





visuel journée du sommeil 2015Institut national du sommeil et de la vigilance (INVS), Mutuelle générale de l'éducation nationale (MGEN), HERCBERG Serge
Sommeil et nutrition. Résultats de l’enquête INSV / MGEN dans le cadre de NutriNet-Santé. INSV, 2015, 42 p.
En téléchargement sur le site de l'INSV (mars 2015)

Chez les personnes qui dorment peu, le risque d'obésité augmente de 34 % pour les femmes à 50 % pour les hommes selon les résultats de l'enquête INSV/MGEN « Sommeil et nutrition » dévoilés à l'occasion de la 15ème Journée du Sommeil, le 27 mars 2015.
Consulter les résultats de l'enquête NutriNet Santé (au format pdf)





durée allaitement paternel EpifaneSALANAVE Benoît,  DE LAUNAY Catherine, BOUDET-BERQUIER Julie (et al.). Durée de l’allaitement maternel en France (Épifane 2012-2013). In Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), N°27, octobre 2014, pp. 450-449. En ligne sur le site de l'InVS (06/10/2014)

À partir des données de l’étude Épifane sur l’alimentation des enfants au cours de leur première année de vie, la durée de l’allaitement maternel (AM), son degré d’exclusivité et les taux d’AM à 3, 6 et 12 mois ont été estimés pour la première fois au niveau national en France.

Consulter le document sur le site de l’Institut de Veille Sanitaire





prévalence allaitement maternité Elfe 2011KERSUZAN Claire , GOJARD Séverine , TICHIT Christine  (et al.). Prévalence de l’allaitement à la maternité selon les caractéristiques des parents et les conditions de l’accouchement. Résultats de l’Enquête Elfe maternité, France métropolitaine, 2011. In Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), N°27, octobre 2014, pp. 440-449. En ligne sur le site de l'InVS (06/10/2014)

À partir des données de l’étude Elfe (Étude longitudinale française depuis l’enfance), cet article présente la prévalence de l’allaitement à la maternité selon les caractéristiques des parents et les conditions de l’accouchement.

Consulter le document sur le site de l’Institut de Veille Sanitaire





données alimentaires anses 2014L’Anses met à disposition ses données de consommation alimentaire. Actualité Anses (24/09/2014)
En 2009, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) publiait un rapport complet sur les données de consommation alimentaire obtenues dans le cadre de l’étude INCA 2, deuxième édition des études nationales des consommations alimentaires qu’elle mène tous les sept ans. Aujourd’hui, elle met à disposition, en open data, l’ensemble des données qu’elle a obtenues dans cette étude. Ces données sont directement utilisables par tous, et en particulier les chercheurs en épidémiologie nutritionnelle, et sont utiles pour approfondir les connaissances sur les habitudes alimentaires des Français et les liens entre alimentation et santé.


Consulter l'article sur le site de l'Anses





synthese agrimer septembre 2014La dépense alimentaire des ménages français résiste à la crise. Les synthèses de FranceAgriMer, n°4, septembre 2014, 16 p.
La crise qui sévit depuis 2008 se fait durement ressentir sur la consommation des ménages français. En 2012, on enregistre, malgré la croissance démographique, un recul historique des dépenses de consommation en volume.  Sur la période 2008-2013, la dépense de consommation individuelle en volume des français a stagné (- 0,1 % par an) alors qu’elle progressait de 1,5 % par an entre 2000 et 2007. L’évolution des dépenses de consommation pour les produits alimentaires et pour le logement et les charges est peu affectée par la crise à la différence des dépenses de loisirs, d’habillement, de transports, d’ameublement et de restauration hors foyer. La part de l’alimentaire dans le budget des ménages français, qui reculait d’année en année, cesse de diminuer depuis 2008 et se raffermit au point qu’elle retrouve plus ou moins en 2013 le niveau qui était le sien en 2000. Au sein de l’alimentaire, le pain et les céréales, le sucre et les produits sucrés semblent dopés par la crise alors que la déconsommation de viande et de poisson s’amplifie depuis 2008.
Consulter le document sur le site du Fonds français alimentation et santé





Rapport MDM 2014L’alimentation des personnes en situation de grande précarité en France. Une enquête dans 7 Centres d’accueil de soins et d’orientation de Médecins du Monde. Médecins du monde (MDM), juin 2014, 27 p.
Cette enquête a été réalisée entre avril et mai 2014 dans sept centres de soins  MdM (Bordeaux, Lyon, Marseille, Nice, Paris, Saint-Denis et Strasbourg) auprès de 346 patients,dont 97% de migrants. Elle décrit leur alimentation tant en quantité qu’en qualité, leurs sources d’approvisionnement et leur état de santé. Une personne interrogée sur deux déclare ne pas manger à sa faim,souvent ou parfois. Plus des trois quarts (78%) des personnes sont en situation d’insécurité alimentaire pour raison financière. Cette proportion est 6 fois supérieure à la moyenne nationale française. Elle reste très fortement associée au statut administratif et aux conditions de logement précaires. Les deux tiers des personnes interrogées déclarent dépenser moins de 3,5 € par jour pour se nourrir, seuil en deçà duquel les risques pour la santé sont patents. Cette somme se réduit à moins de 2 € pour les personnes à la rue, en squat ou bidonville.
Télécharger l'enquête sur le site de Médecins du Monde





enquête crédoc 2014HEBEL Pascal, Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (CREDOC). Le petit-déjeuner de plus en plus délaissé. Enquête « Comportements et Consommations Alimentaires en France ». CREDOC, 03/2014, 1 p. En téléchargement (format pdf) sur le site du Crédoc (mars 2014)
En 2013, dans un contexte de crise économique durable, la dernière enquête du CREDOC met en évidence une très forte dégradation de la prise quotidienne d’un petit- déjeuner par rapport à 2010... D'après l'introduction du Crédoc

Télécharger le communiqué de presse du credoc





Enquête habitudes de vie surpoidsOpinionWay, Mutuelle générale de l'éducation nationale (MGEN). Habitudes de vie et surpoids. OpinionWay, mars 2014, 43 p. En téléchargement sur le site Opinion Way (mars 2014)
Les Français se considèrent globalement en bonne santé mais sont 46% à être en surpoids ou obèses, malgré une «bonne alimentation» et des activités physiques ou sportives pratiquées régulièrement, selon un sondage OpinionWay* publié mercredi. Réalisé pour le compte de la Mutuelle Générale de l'Education nationale (MGEN), l'étude s'est efforcée de cerner les habitudes de vie des Français et leurs liens avec l'obésité. Il en ressort que 76% des Français se considèrent en bonne santé, alors que 30% sont en surpoids et 16% obèses. Le pourcentage d'obèses est plus élevé chez les inactifs (20%) et chez les 50-64 ans (21%), les jeunes étant en revanche plus épargnés (seulement 9% d'obèses). On parle de surpoids pour un indice de masse corporelle (IMC calculé par un ratio entre le poids et la taille, voir encadré) situé entre 25 et 30 et d'obésité au dessus de 30. Un tiers des personnes interrogées se plaignent d'insomnies et un quart se déclarent fréquemment stressées, les femmes s'estimant plus souvent affectées (un tiers déclarent être fréquemment stressées).
En téléchargement (au format pdf) sur le site de OpinionWay





topo 9_2014Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). L’impact économique de l’obésité et de l’embonpoint. In Topo, n°9, mars 2014, 7 p. En ligne sur le site de l'INSPQ (mars 2014)
L’obésité et l’embonpoint sont des facteurs de risque liés à l’apparition de plusieurs maladies chroniques telles que le diabète et les maladies cardiovasculaires. Mais les conséquences de l’obésité sont aussi d’ordre économique. En effet, les études qui ont quantifié le fardeau économique de l’obésité, au Canada et à l’étranger, constatent que le problème entraîne des coûts significatifs pour la société. Ces coûts ne se limitent pas à ceux engendrés par un plus grand recours aux services de soins de santé. Les coûts associés à l’absentéisme, à l’invalidité et à d’autres pertes de productivité engendrées par l’obésité sont au moins aussi élevés que les coûts liés aux soins de santé.

Télécharger Topo n°9 sur le site de l'INSPQ





lettre analyse 64Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt. Service de la statistique et de la prospective – centre d’études et de prospective. Les différences sociales en matière d’alimentation. In Analyse n° 64, 2013-10, 4 p. En ligne sur le site du ministère de l'agriculture (15/11/2013)
Malgré l’essor de la consommation de masse, les différences sociales n’ont pas disparu en matière d’alimentation. Elles ont évolué, se sont déplacées et parfois inversées : ainsi, alors que la consommation de poisson reste plus fréquente dans les foyers plus aisés, celle de viande, jadis réservée aux catégories favorisées, est désormais plus importante dans le bas de l’échelle sociale. Les achats de produits porteurs de signes de qualité, comme les produits biologiques, équitables ou AOC, sont assez nettement corrélés au niveau de revenu, de même que le recours à la restauration hors foyer. Si l’on peut escompter à l’avenir une certaine diffusion des pratiques aujourd’hui minoritaires, selon la logique de dispersion sociale des goûts observée historiquement, d’autres facteurs pourront également limiter cette diffusion, au premier rang desquels les contraintes économiques.
Télécharger (au format pdf) la Lettre Analyse n°64 sur le site du ministère






Enquete maigreur obésité 2008Institut de veille sanitaire (InVS), VERNAY Michel, CHAN-CHEE Christine et al. Maigreur, obésité et perte d’autonomie chez les personnes âgées à domicile en France : l’enquête nationale Handicap-Santé volet « ménages », 2008. In Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), n° 33-34, 2013, pp. 425-432.
Une meilleure surveillance nutritionnelle des personnes âgées, notamment à domicile, permettrait de limiter le risque de chutes et favoriserait une meilleure qualité de vie. Ces recommandations, parues dans la dernière livraison du Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH), s’appuient sur une vaste étude menée en 2008.
Télécharger (au format pdf) l'enquête sur le site de l'InVS


 





obépi 2012Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), Kantar health, Roche. Enquête épidémiologique nationale sur le surpoids et l'obésité. Roche, 2012, 60 p. En téléchargement (format pdf) sur le site du laboratoire Roche (2012)
Depuis 15 ans à l’initiative de Roche, l’enquête nationale ObÉpi analyse tous les trois ans la prévalence du surpoids et de l’obésité en France. Les données d’ObÉpi-Roche constituent une source unique d’informations sur la situation française de l’obésité et du surpoids et leur évolution depuis 1997.
Résultats: La prévalence de l’obésité a augmenté quel que soit le sexe mais on observe un ralentissement de la progression. L’augmentation relative de la prévalence de l’obésité entre 1997 et 2012 est plus importante chez la femme que chez l’homme. La prévalence de l’obésité augmente régulièrement avec l’âge. Le tour de taille augmente avec l’âge. Le tour de taille passe de 85,2 cm en 1997 à 90,5 cm en 2012, soit +5,3 cm au total en 15 ans, quel que soit le sexe et le seuil choisi. En 2012, 32,3% des Français adultes de 18 ans et plus sont en surpoids (25 ≤ IMC < 30 kg/m2) et 15% présentent une obésité.

Télécharger l'enquête Obépi 2012





Guadeloupe


diapo orsagJACQUIN Laure Banque Alimentaire Guadeloupe; PITOT Sandrine, CORNELY Vanessa, ORSaG. Inégalités sociales et aide alimentaire en Guadeloupe (diaporama). Basse-Terre: Observatoire Régional de la Santé (ORSaG), juin 2013. En téléchargement (au format pdf sur e site de l'ORSaG) Convié par la sous-préfète à la cohésion sociale Juliette CORRE, le 13 juin 2013, l’ORSaG a fait une présentation sur les inégalités sociales et l’aide alimentaire en Guadeloupe lors d’une rencontre partenariale. Cette rencontre s’inscrivait dans le cadre d’une mission de 2 inspecteurs généraux aux affaires sociales, Mrs Chérèque et Vanackere en vue du déploiement opérationnel du plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion.
Consulter diaporama en ligne (format pdf) sur le site de l'ORSaG





Typo Cmpts alim OrsagTypologie des comportements alimentaires en Guadeloupe en 2010. Basse-Terre: Observatoire Régional de la Santé ORSaG), novembre 2012. En téléchargement (format pdf) sur le site de l'ORSaG La typologie des comportements alimentaires des Guadeloupéens âgés de 18 à 75 ans a permis de distinguer 5 profils de mangeurs dans l’ordre décroissant de leur importance dans la population d’étude : les « traditionnels »,  les « hédonistes », les « pratiques », les « contraints » et les « précaires ».
Consulter l'étude en ligne (format pdf: 1,2 Mo) sur le site de l'ORSaG








Autres articles




simplifions étiquettesProduits alimentaires : simplifions les étiquettes ! [en ligne]. Magazine 60 millions de consommateurs (août 2014)
Déchiffrer les étiquettes des produits alimentaires est un vrai casse-tête pour les consommateurs ! De nombreuses informations figurent sur les emballages, mais elles sont souvent complexes et illisibles. Pourtant, ce déchiffrage s’avère nécessaire pour savoir si l’aliment en question est bon ou mauvais pour la santé....
Consulter la suite de l'article sur le site de 60 millions de consommateurs





A noter la Pétition d'un collectif associatif 

"Pour un étiquetage nutritionnel simple, intuitif et compréhensible par tous sur la face avant des emballages des aliments" Communiqué de presse
. In Flash Email SFSP, N°18-2014 du 16 mai 2014 En ligne sur le site de la Société française de santé publique




Visualiser la vidéo de présentation "Quel étiquetage pour les produits alimentaires ?" de la mesure en ligne sur
etiquetage youtube Youtube





site manger bouger lette actualité po pnnsActualités PNNS et PO, feuille d’information sur la mise en œuvre du Programme national nutrition santé 2011-2015 et le plan obésité 2010-2013. En ligne sur le site mangerbouger.fr (2014)
Diffusée par voie électronique aux multiples acteurs qui inscrivent leur action dans le cadre de ces plans gouvernementaux, ces actualités  informent au fil de l’eau sur les actions principales initiées au niveau national.





Numéro 16 (juin 2014) (PDF - 145 ko),
au sommaire :

  • Lancement de la 3ème étude individuelle des consommations alimentaires (INCA 3)
  • Lancement de l’étude de santé sur l’environnement, la bio-surveillance, l’activité physique et la nutrition, Esteban
  • Du nouveau pour la Fabrique à menus
  • Séniors : des guides pour bien manger au quotidien
  • Signature d’un accord collectif avec la boulangerie-pâtisserie
  • Les chartes d’engagements volontaires de progrès nutritionnel du PNNS

Numéro 15 (mars 2014) (PDF - 135 ko),
au sommaire :

  • Mission de la ministre chargée de la santé confiée aux présidents du PNNS et du PO
  • Bilan de l’expérimentation des Unités Transversales de Nutrition clinique (UTNC) 2008-2011 et propositions
  • Recommandations sur les boissons dites « énergisantes »
  • Lancement de la 11ème édition du Programme Alimentation & Insertion (PAI)
  • Zoom sur le dossier « questions/réponses » sur le bon usage des compléments alimentaires
  • Signature de nouvelles chartes PNNS
Numéro 14 (décembre 2013) (PDF - 181 ko),
au sommaire :

  • Colloque « Collectivités territoriales et nutrition », le 28 novembre 2013 à Nantes
  • Mise en ligne de recommandations « Obésité et handicap », juin 2013
  • En janvier 2014, bougez autrement sur mangerbouger.fr !





Alimentation santé petit budget 60L’alimentation au prisme du statut social. In Alimentation Santé & Petit budget n°64, avril 2014, pp. 02-03. En téléchargement sur le site du CERIN
Au début du xxe siècle, les sociologues l’observaient déjà: les riches et les pauvres n’avaient pas la même consommation de viande, de pain, de beurre ou de légumes… Qu’en est-il aujourd’hui? L’industrialisation de la production alimentaire, la rapidité des transports,
la grande distribution ont modifié la donne. Beaucoup de produits réservés auparavant à une élite se sont « démocratisés ». Mais ce n’est pas pour autant que l’alimentation est uniforme. Des différences sociales persistent. Les comportements alimentaires restent
des indicateurs de position sociale.








Autres ressources










cultures & santéCultures & Santé. L'alimentation c'est aussi... Cultures et Santé, 2015. En ligne sur le site Cultures & Santé (2015)
Cet outil permet d'aborder l'alimentation sous ses multiples dimensions dans une approche globale de promotion de la santé. Il s'adresse à un public jeune adulte / adulte, et ne nécessite pas de maitriser l'écrit ou la langue française à l'oral. L'outil est composé d'une affiche mosaïque et d'un guide. Elle illustre une multitude de facteurs influençant l'alimentation : budget, équipement, offre alimentaire à disposition, plaisir, habitudes, rythmes de vie, traditions, etc. L'objectif est de favoriser l'échange entre les participants, la réflexion autour de l'alimentation et ses représentations et les facteurs qui l'influencent. Le guide d’accompagnement fournit au professionnel des repères théoriques concernant l’approche de promotion de la santé et les différents facteurs qui influencent l’alimentation ainsi que des pistes d’animation à partir de l’affiche. Cet outil pourrait trouver sa place notamment comme première étape dans toute action d'éducation pour une alimentation favorable à la santé.

Consulter le document sur le site de Cultures & Santé







dossier anorexie insermGODART Nathalie, Service de psychiatrie de l'adolescent et du jeune adulte à l’Institut mutualiste Montsouris, unité Inserm 669, INSERM. Dossier sur l'anorexie mentale de l'INSERM,  Juin 2014. En ligne sur le site de l'INSERM (06/2014)
L'anorexie mentale est un trouble du comportement alimentaire essentiellement féminin, qui entraîne une privation alimentaire stricte et volontaire pendant plusieurs mois, voire plusieurs années. L’anorexie est très souvent associée à des troubles psychologiques. Les chercheurs tentent de préciser les mécanismes impliqués dans l’émergence de ce trouble, ainsi que ses facteurs de risque et d’évolution. Ils cherchent aussi à améliorer la qualité de la prise en charge des patientes : l’objectif est d’obtenir des guérisons plus fréquentes et plus rapides, limitant ainsi le risque de séquelles et de complications potentiellement fatales.

Consulter le dossier sur le site de l'INSERM





dossier obésitéBASDEVANT Arnaud, Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM). L'obésité (dossier). Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), 2014. En ligne sur le site de l'INSERM (janvier 2014)
L’obésité correspond à un excès de masse grasse qui entraîne des inconvénients pour la santé et réduit l’espérance de vie. Ses causes sont complexes : au-delà de la nutrition et de la génétique, de nombreux facteurs environnementaux semblent en effet impliqués dans le développement et l’installation de cette maladie chronique.


Consulter le dossier en ligne sur le site de l'Inserm






ali animCultures et Santé. Alim'Anim. Une animation sur les dimensions culturelles de l'alimentation. Cultures et Santé, 2014, 27 p. En ligne sur le site Culture & Santé
Ce guide d’animation est spécialement conçu pour des professionnels travaillant dans les champs de la culture, de l’insertion socio-professionnelle et du social, avec un public d’adultes. Il permet d’envisager l’alimentation comme vecteur d’identité individuelle et collective, comme vecteur de sens. Dans un groupe nouvellement constitué, l’animation permet aux membres de mieux faire connaissance, d’établir ou de renforcer la cohésion du groupe. Elle encourage chacun à se présenter de manière ludique et originale à partir de son alimentation, clé pour parler de soi, de son histoire, de ses origines, de ses cultures… De manière plus large, elle permet d’éveiller aux dimensions culturelles de l’alimentation.

Télécharger le guide en ligne sur le site Cultures & santé






Aliment... terreDirection régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DRAAF) de Rhône-Alpes. Aliment... Terre. Guide méthodologique pour réaliser des ateliers dans un jardin et/ou une cuisine en faveur des personnes en situation de précarité. Editions réseau empreintes, 2014, 41 p. En ligne sur Internet (28/03/2014)
Ce guide à destination des travailleurs sociaux et des éducateurs à l’environnement, propose des retours d’expérience et une méthodologie pour réaliser, en binôme, à destination de publics en situation de précarité, des ateliers dans un jardin et/ou une cuisine.
Télécharger (au format pdf) le guide sur le site de la DRAAF Rhône-Alpes





opnalimLes Banques Alimentaires lancent un observatoire sur les conséquences de la pauvreté sur l’alimentation. Actualité Fédération française des banques alimentaires (17/04/2013) Cet Observatoire est une initiative des Banques Alimentaires pour animer le débat traitant des conséquences de la pauvreté en matière d’alimentation et de nutrition.
Consulter le site opnalim.org






La fabrique à menusLa fabrique à menus, un nouvel outil pour manger équilibré à la disposition de tous les Français. Actualité Inpes (15/04/2013) Grâce à son générateur de menus, la Fabrique à menus, lancé en avril 2013 l'Inpes entend apporter un support aux nombreux cuisiniers souhaitant varier les menus quotidiens en leur offrant plus de 2.300 recettes, soit plus d'un million de combinaisons possibles. Ces menus composés pour une à huit personnes tiennent tous compte des repères nutritionnels du Programme national Nutrition Santé. Ils sont le plus souvent faciles à réaliser, économiques et disposent tous de la liste de courses nécessaires à leur préparation.
Voir la Fabrique à menus sur le site manger bouger





Entreprises et nutritionDirection Générale de la Santé. Entreprises et nutrition : améliorer la santé des salariés par l'alimentation et l'activité physique : Guide à l'usage des responsables d'entreprises, d'administrations et des représentants du personnel. Paris : Département de l'information et de la communication (DICOM), janvier 2013, 26 p. En téléchargement (format pdf) sur le site du ministère chargé de la santé
Le ministère de la santé a publié ce guide pour le développement d’actions de promotion de la nutrition sur le lieu de travail dans le cadre du Programme national nutrition santé. La charte "Établissements actifs du PNNS" et ses modalités d'adhésion y sont expliquées
Télécharger le guide (au format pdf:1,6 Mo) sur le site du ministère de la santé.





EvalinCOLLIN Jean-François,  GENDARME Sophie (CHU Nancy), CHOULEUR Frédérique. Outil EVALIN : guide d'évaluation des interventions en nutrition. Nancy: Ecole de Santé publique - Université de Lorraine, Paris: Ministère des Affaires sociales et de la Santé: Directions Générale de la Santé (décembre 2012) En ligne sur le site du PNNS (mars 2013)
EVALIN est un outil pratique et interactif. Il vise à aider très concrètement les porteurs de projets en nutrition (alimentation et activité physique), à construire l’évaluation des projets locaux, régionaux ou nationaux qu’ils prévoient et développent. Cet outil est aussi destiné aux financeurs de tels projets afin de compléter l’analyse qu’ils font des projets qui leur sont soumis. Que faut-il évaluer ? Comment dimensionner l’évaluation par rapport à l’ampleur de l’intervention en nutrition ? Quels outils utiliser ?
Outil interactif EVALIN en ligne sur le site Internet www.evaluation-nutrition.fr





DossierActivité physique et santé (dossier). En ligne sur le site du Ministère des Affaires sociales et de la Santé (20/09/2012)
Les bénéfices pour la santé de la pratique régulière d’une activité physique sont avérés, quels que soient l’âge et le sexe. Pourtant, moins de la moitié des Français âgés de 15 à 75 ans atteignent un niveau d’activité physique favorable à la santé. Les recommandations de santé publique sont donc formulées aujourd’hui pour permettre à chacun d’intégrer l’activité physique dans son quotidien. En France, la recommandation diffusée depuis 2002 par le ministère chargé de la santé, dans le cadre du Programme national nutrition santé (PNNS), est de pratiquer l’équivalent d’au moins 30 minutes de marche rapide par jour.

Consulter le dossier en ligne sur le site du ministère





Sitographie




ecolescarambolesLe site ecole-carambole.fr: un site pour partager les plaisirs des fruits, de l'eau, de l'activité physique. Basse-Terre: Ireps Guadeloupe, octobre 2013
Le site ecole-carambole.fr se présente comme un outil supplémentaire, une déclinaison de ce programme afin d’en assurer la diffusion en région DFA (et au-delà), mais aussi sa pérennisation, en particulier celle de son outil pédagogique labellisé PNNS.
Sur ce site seront mis en valeur,  les actualités sur le déploiement du programme « les écoles Carambole » et d’une manière générale tous les projets actuels ou en construction sur l’alimentation et l’activité physique en Guadeloupe, portés par l’IREPS de Guadeloupe (T’caps, Ti Karambol).
Consulter le site des écoles carambole





EnvidaliL’association Les sens du Goût lance le site Envidali: initiatives pour une approche globale de l’alimentation et des mangeurs. Actualité Association Les sens du goût (janvier 2013)
Avec ce site Envidali, l’association Les sens du Goût, souhaite mobiliser les acteurs issus des divers champs du fait alimentaire, tant à l’échelle locale, que nationale afin de partager des connaissances, des expériences, une méthodologie, susciter des projets coopératifs, développer des partenariats sur la question de l’alimentation-santé, et faire que cette action commune soit efficace et durable.
Le site propose un répertoire de fiches « Actions » et « Acteurs ». Celui-ci est ouvert aux « acteurs désirant présenter et valoriser leurs compétences, leurs projets et missions développées autour de l’alimentation-santé (collectivités, associations, entreprises, spécialistes de différents domaines, public participant à des actions…) peuvent le faire. »

Consulter le site Envidali.org







PNAProgramme national pour l’alimentation (PNA) [en ligne]. Ministère de l'Agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire, 2013. Dernière consultation le 14/10/2013. Disponible sur : http://alimentation.gouv.fr/programme-alimentation

Lancé en septembre 2011, le Programme national pour l’alimentation s’appuie sur le principe « Bien manger, c’est l’affaire de tous », et a pour objectif d’assurer l’accès de tous à une alimentation sûre et de qualité.
Pour soutenir des initiatives s’inscrivant dans ce cadre, la Direction générale de l’alimentation lance un appel à projets national

Consulter le PNA sur le site du Ministère de l'Agriculture, de l'agroalimentaire et de la Forêt






eduscolEduscol : Education à la nutrition [En ligne].  Ministère de l'Education nationale de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, 2010.  Dernière consultation le 11/10/2013.
Cette rubrique du site Eduscol regroupe les références essentielles pour intégrer l'éducation nutritionnelle, au goût et à la consommation dès l'école primaire et tout au long du cursus scolaire dans les enseignements et les activités éducatives.
- Textes de référence
- Ressources nationales
- « Hygiène et santé dans les écoles primaires »
Consulter le site EDUSCOL







manger bougerManger bougerLe site Manger bouger.fr [en ligne]. Institut national de prévention et d'éducation à la santé. Dernière consultation le 11 octobre 2013. Disponible sur http://www.mangerbouger.fr/
Site à destination du grand public et des professionnels pour relayer l’ensemble des actions menées par l’INPES dans le cadre du PNNS. Lancé en septembre 2004, il rappelle les recommandations du PNNS : faire au moins 30 minutes d’activité physique par jour, manger au moins 5 fruits et légumes et trois produits laitiers par jour, tout en limitant graisses d’origine animale et produits sucrés.
Comprend des ressources éducatives sur l'éducation nutritionnelle, des textes informatifs sur le rôle de l'alimentation pour la santé, textes et recommandations officiels, liens, pistes d'exploitation pédagogique…
Consulter le site manger bouger






Site réseau éducation au goûtLe site du réseau éducation au goût [en ligne]. Actualité Ministère de l'Agriculture, de l'agroalimentaire et de la Forêt (03/02/2012)
Faire progresser l’éducation sensorielle en France au cours des prochaines années, tel est l’objectif du réseau national dédié à l’éducation au goût des jeunes qui s’est constitué en octobre 2011, sous l’impulsion du ministère de l’agriculture et de l’alimentation
Ce site permet de s'informer sur l'actualité du goût et du comportement alimentaire, d'entrer en contact avec les organismes adhérents au réseau, de partager des expériences, des outils pédagogiques et des supports de communication, d'obtenir des informations pratiques sur le montage de projets d'éducation au goût

Consulter le site du réseau d'éducation au goût






La semaine du goutLa semaine du goût [en ligne]. Consulté le 10 octobre 2013.
Le site officiel de la semaine du goût développe l’éducation au goût et l’apprentissage des consommateurs


Consulter le site le gout.com





cerinLe site du CERIN [en ligne]. Dernière consultation le 10/10/2013
Ce site propose entre autres, des dossiers thématiques (articles, rapports, colloques, fiches pratiques, brochures, bibliographies) sur l’équilibre alimentaire, la sécurité des aliments, les enfants et les adolescents, les personnes âgées, les nutriments et les micronutriments., les femmes enceintes et l’allaitement, les populations précarisées, ou la prévention nutritionnelle. http://www.cerin.org/  [dernière visite le 02/02/2011]







Base Prod InraBase de données sur l'alimentation et santé [en ligne]. Prod Inra INIST (page consultée le 09/10/2013)
Cette base de données bibliographique recense des Publications de périodiques, ouvrages, communications à des congrès, thèses, mémoires et rapports en lien avec l'alimentation et la nutrition. Comporte un accès grnd public ainsi qu'un accès pour chercheurs et étudiants
.
Consulter la base grand public ProdInra






Base_NopaNutrition, obesity, physical activity  (NOPA) [en ligne]. Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Dernière consultation (11/10/2013).
Cette base de données propose des informations (données épidémiologiques, documents sur les politiques nutritionnelles, actions à mettre en œuvre, exemples de bonnes pratiques) permettant aux Etats membres qui souhaitent mettre en place une politique nutritionnelle de s'inspirer des expériences d'autres pays.
Consulter la base de données NOPA







the food bibliographyInstitut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation, Bibliothèque nationale de France, The Andrew W. Mellon Foundation (page consultée le 14/10/2013). Bibliographie d’histoire de l’alimentation [en ligne].
Base en ligne fournissant des références bibliographiques pour les chercheurs en sciences humaines travaillant sur l’histoire de l’alimentation et plus généralement sur l’alimentation.
Consulter la base





Dossier Alimentation CRDPL'Alimentation : hier, aujourd'hui, demain [en ligne]. CRDP de l'académie d'Aix-Marseille, 2009. Mise à jour le 10/01/2011. En ligne sur le site du CNDP. Consulté le 09 octobre 2013.

Sélection thématique sur la problématique de l’alimentation

Consulter le site en ligne









Service Documentation

 Instance Régionale d'Education et de Promotion de la Santé
Antenne de Jarry -
Immeuble Futura

3, bis rue Henri Becquerel

Voie verte, ZAC de Houelbourg 3

97122 Baie-Mahault

Site internet : www.ireps.gp - Courriel : ireps@ireps.gp

ou documentation@ireps.gp